Une Espagnole bloquée au Maroc avec ses deux enfants

13 novembre 2021 - 11h00 - Ecrit par : A.P

Sukaina Ahmed Abderrazak, une jeune femme originaire de Ceuta, est bloquée au Maroc avec ses deux filles qui n’ont pas été reconnues par leur père d’origine marocaine. Malgré toutes les démarches engagées auprès des consulats espagnols au Maroc, elle n’a toujours pas obtenu gain de cause.

Sukaina est partie de sa ville natale de Ceuta avec un jeune homme marocain, depuis maintenant cinq ans. Les deux ont vécu ensemble à Tanger où ils ont eu deux garçons : Hamza, 4 ans, et Aboubaqr, 8 mois. Mais le Marocain n’a pas formalisé sa relation avec Sukaina, encore moins reconnu les enfants, ce qui rend difficile l’obtention des documents de voyage pour ces derniers. La jeune femme se retrouve ainsi bloquée au Maroc, sans possibilité de retourner en Espagne avec ses deux enfants.

À lire : La galère d’une Belge bloquée au Maroc pour obtenir le remboursement de ses vols annulés

« Je veux seulement retourner en Espagne avec mes enfants », confie Sukaina à El Faro de Ceuta, après avoir parcouru plusieurs consulats d’Espagne à Tanger et à Casablanca. Sans succès. Sa situation est préoccupante parce que depuis plus d’un an, son compagnon, le Marocain, est porté disparu, l’abandonnant avec deux enfants sur les bras, sans aucun moyen de subsistance. Actuellement, elle vit avec un ami et essaie de joindre les deux bouts grâce au peu d’argent que lui envoie sa famille de temps en temps.

À lire : L’Espagne a déjà rapatrié près de 4000 personnes bloquées au Maroc

Certains ont proposé à Sukaina d’obtenir les documents marocains pour retourner chez elle, mais elle refuse cette option. « Je suis espagnole, je ne veux pas de documentation du Maroc ; je veux quitter le pays avec mes enfants et tout recommencer », a déclaré Sukaina qui pourrait aménager avec ses fils chez un de ses oncles qui a obtenu un emploi à Ibiza.

La jeune femme est désespérée, impuissante face à cette situation à laquelle elle ne semble pas trouver de solutions. Elle est de nationalité espagnole, mère de deux jeunes garçons qui n’ont pas été reconnus par leur père qu’elle n’a pas vu depuis plus d’un an et dont elle est sans nouvelles. Devant la loi, les deux enfants n’existent pas. Elle est dévastée par ce « véritable enfer » qu’elle vit depuis plusieurs années, soulignant qu’elle a été victime de violences conjugales de la part de son ex-compagnon.

Tags : Espagne - Tanger - Ceuta (Sebta) - Enfant - Nationalité marocaine

Aller plus loin

La galère d’une Belge bloquée au Maroc pour obtenir le remboursement de ses vols annulés

Bloquée au Maroc aux premières heures de la pandémie de Covid-19, Nele De Vos, une karatéka de Hoeselt, fait face à des difficultés pour obtenir le remboursement de ses vols annulés...

Malika, la Marocaine rassurée d’être bloquée à Ceuta

Malika B., Marocaine bloquée à Ceuta depuis la fermeture de la frontière en mars, avait fui son mari au Maroc qui lui faisait subir des violences physiques. Elle attend avec...

L’Espagne a déjà rapatrié près de 4000 personnes bloquées au Maroc

Un ferry de la compagnie Trasmediterránea procédera ce dimanche 11 avril, au rapatriement des Espagnols et résidents espagnols bloqués au Maroc après la suspension des vols avec la...

Le désespoir des parents de Dina, une Marocaine bloquée à Ceuta

Dina El Yassini Haidour fait partie des migrants arrivés en masse à Ceuta entre le 17 et le 19 mai. Un mois après cette tentative collective qui a provoqué une crise migratoire...

Nous vous recommandons

Les ambitions marocaines de Renault

Renault renforce sa présence au Maroc à travers la signature d’une nouvelle convention. Cet engagement vise à atteindre un sourcing local à 2,5 milliards d’euros dès 2025 et une cible de 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires à...

Hakim Ziyech a dépassé «  les limites qu’un joueur ne doit pas franchir  »

En dévoilant jeudi la liste des joueurs convoqués pour participer à la double confrontation contre la Guinée Bissau et le match contre la Guinée Conakry, Vahid Halilhodzic a fait quelques mises au point en ce qui concerne la présence de certaines...

Royal Air Maroc programme de nouveaux vols vers le Portugal

Suite à l’annonce de la suspension des vols exceptionnels destinés à rapatrier les Marocains bloqués à l’étranger à partir du 23 décembre, la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) envisage d’opérer de nouveaux vols (soumis à autorisation spéciale) le 20 et...

La destination "Maroc" cartonne au départ de Marseille

Grâce au Maroc et à d’autres destinations, l’aéroport de Marseille a vu le nombre de ses passagers augmenter en juillet et août. En tout, 1,16 million de passagers enregistrés.

Maroc : le pass vaccinal retiré en cas de refus de la 3ᵉ dose de vaccin

Le pass vaccinal sera retiré aux personnes éligibles qui n’ont pas reçu une troisième dose de vaccin six mois après une deuxième injection du vaccin anti-Covid-19.

Eric Zemmour : « Je ne veux pas changer l’islam »

Le candidat à la présidentielle 2022, Eric Zemmour assure qu’il ne changerait pas l’islam en France. Toutefois, il s’engage à faire en sorte que les musulmans respectent le pays.

Une nouvelle distinction pour Achraf Hakimi

Nommé dans le top 11 masculin, l’international marocain Achraf Hakimi a reçu une récompense lors de Gran Galà del Calcio organisé chaque année par l’Associazione Italiana Calciatori (AIC). L’édition de l’année dernière avait été reportée à cause de la crise...

Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Arancha González Laya n’est plus, depuis ce samedi, la ministre espagnole des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, vient de la remercier à l’occasion du remaniement opéré. José Manuel Albares, jusque-là ambassadeur d’Espagne en France,...

Décès de Moulay Driss Archane, ex-médecin de feu Hassan II

Le monde de la médecine marocaine est en deuil. Le professeur Moulay Driss Archane, ex-médecin de feu Hassan II, est décédé ce dimanche 11 juillet à l’âge de 88 ans.

Maroc : l’astuce des commerçants pour contourner le boycott des dattes algériennes

Au Maroc, les commerçants ont trouvé une astuce pour contourner le boycott des dattes algériennes qui, selon certains internautes, seraient « frelatées et toxiques », parce qu’elles proviennent « des oasis où l’armée française avait effectué des essais...