Une Espagnole appelle à la violence contre les Marocains

9 novembre 2021 - 11h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le parquet provincial de Madrid a déposé une plainte contre María Isabel Medina Peralta pour avoir « incité » à la violence envers les migrants marocains et musulmans lors d’une manifestation devant l’ambassade du Maroc à Madrid le 18 mai dernier, en pleine crise migratoire.

Medina Peralta est accusée d’un crime de haine envers les Marocains et musulmans. Au cours d’une manifestation organisée en mai par le mouvement qu’elle dirige, et qui n’avait pas été autorisée par la Délégation gouvernementale, la mise en cause « a exhorté à la violence envers les migrants marocains et musulmans », précise le parquet dans l’acte d’accusation. La manifestation s’est soldée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre, et l’arrestation de cinq individus pour résistance à l’autorité et trouble à l’ordre public. Sept agents ont été légèrement blessés lors de ces échauffourées, fait savoir Europa Press.

À lire : Espagne : les messages de haine envers les migrants mineurs se multiplient

Le parquet a rappelé certains propos racistes prononcés par la mise en cause. Morceaux choisis : « Nous sommes ici pour dénoncer l’indécence de nos politiciens qui détournent le regard alors que nous subissons une usurpation d’identité raciale sans précédent […]. Nous n’allons pas permettre que les migrants qui arrivent en masse mettent en cause notre cohésion sociale, notre culture, notre identité morale ». « On ne va pas les laisser nous envahir. Mort à l’envahisseur ! », avait lancé Medina Peralta.

À lire : Les associations discutent de la multiplication des actes racistes contre les Marocains en Espagne

Plusieurs slogans racistes du genre « Ce n’est pas de l’immigration, c’est une invasion », ont été aussi scandés lors de ces manifestations, souligne le parquet. On pouvait lire sur plusieurs banderoles, des messages hostiles au Maroc, tels que : « Ni le roi, ni le gouvernement, ni l’UE n’arrêtera l’expansionnisme marocain » et « Mohammed VI, enlève tes mains sales de notre terre… En avant l’Espagne ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Racisme - Violences et agressions

Aller plus loin

Espagne : un enseignant condamné pour insultes racistes envers un Marocain

Un professeur d’Alcalá de Henares en Espagne a été interdit d’enseigner durant six ans pour avoir proféré des insultes racistes envers un Marocain.

La justice espagnole enquête sur les violences envers les Marocains

La justice espagnole a ouvert une enquête sur les conditions d’expulsions des migrants marocains, suite à une plainte déposée par une ONG et aux vidéos et images montrant des...

Les associations discutent de la multiplication des actes racistes contre les Marocains en Espagne

Le Conseil de la communauté marocaine de l’étranger (CCME) et l’Association des travailleurs immigrés marocains (ATIM) ont organisé, lundi à Tanger, une réunion de travail afin...

Espagne : les messages de haine envers les migrants mineurs se multiplient

Selon l’Observatoire espagnol du racisme et de la xénophobie (OBERAXE), environ 30 % des publications enregistrées sur les réseaux sociaux au cours des mois de juillet et d’août...

Ces articles devraient vous intéresser :

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Accusé de racisme, Christophe Galtier a le soutien de Laurent Blanc

À l’instar de Genesio, Kombouaré et Roy, le coach de l’Olympique lyonnais (OL) Laurent Blanc a défendu son collègue et ami Christophe Galtier, entraîneur du PSG accusé de racisme dans une affaire qui remonte à son passage à l’OGC Nice la saison dernière.

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.