La justice espagnole enquête sur les violences envers les Marocains

30 mai 2021 - 13h20 - Espagne - Ecrit par : J.D

La justice espagnole a ouvert une enquête sur les conditions d’expulsions des migrants marocains, suite à une plainte déposée par une ONG et aux vidéos et images montrant des agents et des soldats espagnols usant de violences et voies de fait lors des opérations d’expulsion de migrants marocains à Ceuta.

Réagissant aux accusations de violences sur les migrants marocains expulsés dans la foulée de la crise migratoire à Ceuta, la semaine dernière, le parquet espagnol a diligenté une enquête pour élucider les faits.

Des vidéos diffusées à Ceuta ont montré des agents des forces de l’ordre espagnoles rouer de coups les migrants sur la plage, lancer sur eux des gaz lacrymogènes sur la plage et du côté du Maroc. Les mêmes vidéos montrent que les forces de l’ordre ont maintenu la pression sur les migrants, les battant la nuit, dans les quartiers et dans les rues de Sebta.

Des Marocains sur place assurent avoir vu des policiers et militaires espagnols tirer avec des balles en caoutchouc. « Ils nous ont tiré dessus avec des armes que je n’ai jamais vues de toute ma vie », a accusé l’un d’entre eux.

D’autres Marocains affirment que l’un de ses amis a été aspergé d’une sorte de poudre alors que d’autres auraient été blessés par des policiers qui les frappaient à l’aide de cordons métalliques sans distinction entre les hommes et les femmes, les jeunes ou les enfants.

«  Ils ont aspergé des femmes qui portaient des bébés avec des gaz comme des pesticides. Ils nous ont traités comme des insectes », s’est indigné l’un des Marocains. Outre les actes de violence, les vidéos ont également montré que les gardes civils ont renvoyé les mineurs par les postes frontières, contrevenant aux lois espagnoles et traités internationaux en la matière.

Si certaines sources parlent de 1600 enfants, la Croix-Rouge affirme que 800 mineurs ont franchi la frontière côté espagnol, dans le lot des 8000 migrants tous âges confondus.
Un contingent de plus de 150 militaires a été déployé à Sebta pour venir en renfort à un nombre tout aussi important d’agents des forces de l’ordre présents. Des tanks et chars militaires ont été envoyés devant les plages d’où arrivaient à la nage des centaines de migrants dont certains souffraient d’hypothermie. Face à eux, des agents de la Guardia civil et autres militaires armés qui les accueillaient sous les coups, dénoncent les militants des droits de l’homme.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Expulsion - Immigration

Aller plus loin

Décès d’un Marocain à Ceuta : une association exige une enquête

Le corps d’un jeune marocain qui tentait de rejoindre l’enclave espagnole de Ceuta a été repêché en mer jeudi dernier. L’Observatoire nord des droits de l’Homme (ONDH) demande...

Hausse des violences contre les soignants à Dakhla

Devant la multiplication des agressions physiques envers le personnel médical, la Direction régionale de la Santé et de la Protection sociale de Dakhla-Oued Eddahab a exprimé...

L’assaut de Sebta est une « démonstration de force » du Maroc, selon le CNI espagnol

Les services secrets espagnols (CNI) poursuivent leur enquête sur l’arrivée de près de 10 000 Marocains à Sebta. L’admission d’urgence de Brahim Ghali dans un hôpital de Logroño...

Des mineurs marocains dans une situation déplorable à Ceuta

Des mineurs marocains qui se trouvent toujours dans l’enclave espagnole de Ceuta subissent des traitements inhumains. Ils sont victimes de racisme et d’agressions en tout genre.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.