Recherche

Les loueurs de voiture obligés de se séparer de leurs véhicules

Voiture louée à Tinghir - Photo : unavidadeviaje.com

14 juillet 2021 - 14h00 - Economie - Par: A.T

La situation ne s’améliore pas dans le secteur de la location de voiture au Maroc malgré la batterie de mesures prises pour booster le tourisme. Vétusté des véhicules et pression des sociétés de crédits, certains sont poussés à la faillite.

Longtemps paralysé par la crise du covid-19, ce secteur a du mal à voir le bout du tunnel, selon le quotidien l’Économiste, qui indique que la reprise des activités en cette saison estivale ne pourra visiblement rien y faire.

Selon le journal, la profession s’apprête à « vivre une seconde année noire », car plus de 50 % de la flotte a été cédée et plusieurs véhicules récupérés par les sociétés de crédit pour défaut de paiement. A cela s’ajoute la vétusté du parc automobile de certains loueurs qui espéraient renouveler avant la période estivale.

Le quotidien donne l’exemple de Hertz qui a été obligé de céder 75 % de sa flotte, soit 2 000 voitures. Dans ce contexte, il sera difficile de répondre à la demande ponctuelle, mais pressante, des MRE.

À lire : Suicide dans le rang des employés des sociétés marocaines de location de voitures

Le journal estime que les deux mois de la saison estivale ne seraient pas suffisants pour rattraper les pertes accumulées depuis 2020.

Mots clés: Coronavirus au Maroc (Covid-19) , Enquête , Ministère du Tourisme , Automobile , Transports

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact