Maroc : les agences de location de voitures broient du noir

21 août 2020 - 21h00 - Economie - Ecrit par : G.A

Les agences de location de voitures font partie des secteurs d’activités qui se relèveront difficilement après avoir passé près de quatre mois de confinement. Au Maroc, on note la baisse des réservations sur les locations de voitures, au point où, criblées de dettes et paralysées par les charges, elles vivent une situation intenable.

Le Maroc compte «  10 500 agences de location de voitures qui emploient 30 000 personnes  ». Le parc automobile total dont disposent les loueurs atteint globalement 140 000 voitures. La situation est si compliquée que certaines agences ont choisi de mettre la clé sous la porte tandis que d’autres tentent de survivre.

Selon Mohamed Alami, président de l’Association des loueurs d’automobiles sans chauffeur au Maroc (ALASCAM), « plus de 60% des agences de location de voitures vont déposer leur bilan et presque 90% sont en cessation de paiement. C’est-à-dire qu’elles ont arrêté de payer leurs fournisseurs, les organismes de crédits et les banques. De même, plus de 6 000 dossiers sont devant les tribunaux et le processus de récupération des voitures par les sociétés de financement est en cours », indique Aujourdhui le Maroc.

La situation dans ce secteur est vraiment catastrophique, pour la simple raison que durant la période du confinement, il y a plus de dépenses et zéro rentrées d’argent. Pire encore, la plupart des voitures louées avant le confinement n’ont pas été ramenées, créant un manque à gagner aux agences. Après la levée du confinement, les promoteurs des agences avaient pensé que les affaires reprendront surtout avec l’Aïd al Adha.

Mais l’interdiction de déplacement entre les villes est venue plomber les espoirs de ce qui semblait être un redécollage. «  Toutes les personnes qui avaient réservé des voitures pour l’Aïd avaient annulé parce que les gens ne savaient plus s’ils devaient voyager ou non. Ce qui a causé un chamboulement total », confie Mohamed Alami. «  Il faut compter entre 15 000 et 20 000 personnes qui pourraient passer au chômage sans parler des sociétés qui vont tout simplement fermer », indique le président de l’Association des loueurs d’automobiles sans chauffeur au Maroc. A cela s’ajoute la suspension des 2 000 DH d’aides dont pouvaient bénéficier les employés du secteur.

Entre autres propositions à court terme suggérées par l’Alascam au ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, il y a celle d’autoriser les loueurs durant cette période critique à passer de la location de voiture « sans chauffeur » à la location « avec chauffeur ».Pour les loueurs de voitures, il est indispensable de trouver «  des alternatives capables de leur permettre de générer un chiffre d’affaires afin de couvrir les dettes, dont l’assurance de 3 mois qui s’est cumulée malgré la crise  ». Il y a aussi «  les crédits dont les taux d’intérêt sont élevés même lorsque les différés sont accordés  », selon Mohamed Alami.

Dans la liste des prépositions d’urgence de sortie de crise, les loueurs de voitures recommandent de complètement libérer le marché pour leur permettre par exemple d’avoir moins de 5 voitures dans leur parc qui est le minimum requis dans le cahier des charges, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Automobile - Menaces - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : le cri de détresse des loueurs de voitures

La situation ne s’améliore pas pour les loueurs de voitures malgré les mesures mises en place pour la relance du secteur touristique. En difficulté, la fédération des...

Les loueurs de voiture obligés de se séparer de leurs véhicules

La situation ne s’améliore pas dans le secteur de la location de voiture au Maroc malgré la batterie de mesures prises pour booster le tourisme. Vétusté des véhicules et...

Location de voitures au Maroc : Nouvelles règles plus sévères

Depuis ce lundi 15 avril, les agences de location de voitures au Maroc ont l’obligation de se conformer à un nouveau cahier des charges relatif aux conditions d’investissement...

Maroc : mort programmée du secteur de la location de voitures

Le secteur de la location de voitures sans chauffeur est l’un des plus durement touchés par la crise sanitaire au Maroc. Avec la récente suspension des vols de et vers le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : boom des exportations automobiles à fin novembre 2023

Les exportations de voitures ont augmenté de 30,2 % à fin novembre 2023 par rapport à la même période de l’année précédente, atteignant plus de 130,64 milliards de dirhams (MMDH).

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Voici les marques de voiture les plus vendues au Maroc

Le marché automobile marocain se reprend après quelques mois d’accalmie avec une augmentation de 22,01 % par rapport à l’année précédente, selon les données de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Une usine géante de batterie bientôt au Maroc ?

Le scientifique marocain Rachid Yazami, inventeur de l’anode graphite pour les batteries au lithium, envisage de créer deux usines destinées à la production de batteries rechargeables au lithium au Maroc.

La première voiture 100 % marocaine présentée au public

Le roi Mohammed VI a présidé lundi au Palais royal de Rabat la cérémonie de présentation du premier véhicule d’un constructeur automobile marocain, ainsi que le prototype d’un véhicule à hydrogène développé par un Marocain résidant à l’étranger.

Neo Motors, la nouvelle voiture 100% marocaine, est en vente

C’est désormais effectif. Neo Motors, le premier constructeur automobile à capital marocain, a donné le coup d’envoi de la commercialisation de ses premiers véhicules « made in Morocco ».

Saint-Gobain : l’Espagne délaissée au profit du Maroc

Saint-Gobain a annoncé le lancement de négociations en vue de la cessation d’activité de son usine de pare-brise à Avilés (Espagne), ce qui pourrait entraîner la suppression de 280 emplois et un départ vers le Maroc.

Au Maroc, Porsche ne connaît pas la crise

Selon les récentes statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM), les ventes de voitures neuves au Maroc ont connu un recul de 2,83 %, s’établissant à 130 214 unités durant les dix premiers mois de 2023. Toutefois, les...

Une voiture 100 % marocaine pour concurrencer Tesla Model Y et Mercedes EQA

La start-up marocaine Atlas E-Mobility a récemment annoncé ses plans pour le futur : la création d’une voiture électrique, dont le nom reste encore mystérieux. Ce véhicule, promettant simplicité et fonctionnalité, va s’inspirer de l’esthétique...

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.