Maroc : mort programmée du secteur de la location de voitures

9 décembre 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le secteur de la location de voitures sans chauffeur est l’un des plus durement touchés par la crise sanitaire au Maroc. Avec la récente suspension des vols de et vers le royaume, le secteur déjà à l’agonie, court à sa mort programmée.

« Depuis la suspension des liaisons aériennes fin novembre dernier, nous sommes revenus au 20 mars 2020, jour de l’instauration de l’état d’urgence. Les opérateurs enregistrent chaque jour une pluie d’annulations des réservations au titre de la période de décembre à février. Les fêtes de fin d’année correspondent à la très haute saison qui représente environ 25 % de notre chiffre d’affaires », explique au journal l’Economiste Tarik Dbilij, président de la Fédération des loueurs d’automobile sans chauffeur au Maroc (FLASCAM).

À lire : Maroc : le secteur de la location de voiture très touché par la crise

Le secteur a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire avec son lot de fermeture des frontières, d’interdictions de circulation et de confinement. Durant toute cette période de crise, le secteur n’a bénéficié d’aucune aide de l’État, fait savoir L’Économiste. Et pour cause, les loueurs de voitures revendiquent le statut d’opérateurs touristiques parce que leur clientèle est constituée à 78 % de touristes non résidents. Un avis que ne partage pas le ministère de tutelle.

À lire : Maroc : les agences de location de voitures broient du noir

Laissés pour compte, les professionnels du secteur ont dû vendre environ 27 000 véhicules pour faire face à la crise. Les salariés du secteur, estimés à 20 000, n’ont jamais été pris en compte dans la subvention de 2 000 DH par mois, accordée aux salariés d’autres secteurs comme le tourisme.

À lire : Maroc : 60% des agences de location de voiture en faillite

Selon la FLASCAM, 3 200 sociétés sur 7 200 ont déjà fait faillite et d’autres sont également en voie de mettre la clé sous le paillasson. « En juin dernier, de nombreux confrères ont procédé à l’achat de quelque 7 000 nouveaux véhicules pour renflouer leur flotte. Mais avec la suspension des vols pour une durée indéterminée, ils ne peuvent plus placer de véhicules », indique Dbilij.

Sujets associés : Tourisme - Transports - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette...

Maroc : 60% des agences de location de voiture en faillite

L’Association des Entreprises de Location d’Automobile sans Chauffeurs au Maroc (Alascam) a publié des données selon lesquelles 60% des entreprises sont en faillite et 90%...

Maroc : le secteur de la location de voiture très touché par la crise

Le covid-19 fait des ravages dans le secteur de la location de voitures au Maroc. Face à la situation, la Fédération des associations de location automobile au Maroc (FALAM) a...

Maroc : les agences de location de voitures broient du noir

Les agences de location de voitures font partie des secteurs d’activités qui se relèveront difficilement après avoir passé près de quatre mois de confinement. Au Maroc, on note...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des hôtels pour les sinistrés du séisme

La ministre du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a évoqué l’éventualité d’une réouverture de certains hôtels fermés en vue d’accueillir les sinistrés du séisme qui a frappé le royaume dans la nuit du...

Les touristes peuvent-ils entrer au Maroc avec un drone ?

Les touristes nationaux mais surtout étrangers développent de plus en plus une passion pour l’utilisation des drones. Que dit la loi marocaine sur cet appareil ?

Au Maroc, le tourisme se remet des effets de la pandémie de Covid-19

Lentement mais sûrement, l’industrie touristique se remet progressivement du Covid-19. C’est ce qui ressort de la présentation du budget du ministère du Tourisme devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Tourisme au Maroc : l’ONMT et EasyJet signent un accord historique

En vue d’étendre ses activités au Maroc, EasyJet Group a signé, à Londres, un accord de partenariat avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Cette signature s’inscrit dans le cadre des initiatives menées par l’office afin d’atteindre voire...

Le Maroc fait le pari de la diversité touristique

Le Maroc compte augmenter sensiblement la capacité hôtelière dans les prochaines années et préparer le pays pour la Coupe du monde 2030. Un plan vient d’être lancé dans ce sens et il est très ambitieux.

Le parcours historique des Lions de l’Atlas impacte positivement le tourisme

Le parcours historique des Lions de l’Atlas à la coupe du monde Qatar 2022 produit un impact plus que positif sur le tourisme marocain.

Maroc : l’embellie du tourisme profite peu à l’hôtellerie

Alors que de nombreux touristes sont arrivés au Maroc cet été, l’hôtellerie a peu profité de l’embellie du tourisme. Les performances d’avant crise Covid-19 n’ont pas été atteintes.

Le Maroc parmi les destinations les plus recherchées sur Google

Le Maroc figure dans le top 10 des destinations les plus recherchées sur Google. Le puissant et violent séisme du 8 septembre n’a vraiment pas produit un impact négatif sur le tourisme marocain.

Ôvoyages revoie ses ambitions à la hausse au Maroc

Le tour opérateur français Ôvoyages annonce l’ouverture de quatre nouveaux Ôclubs l’été prochain au Maroc, une destination qu’il entend développer dans sa globalité.