Les familles d’Emin et Pilsy vont manifester à Melilla pour réclamer justice

28 juillet 2021 - 11h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les familles et proches d’Emin et Pilsy, les deux jeunes Espagnols tués le 27 octobre 2013 par la Marine marocaine, prévoient de manifester le 27 octobre prochain devant la mairie de Melilla pour réclamer justice.

Depuis bientôt huit ans, les parents des deux victimes manifestent tous les 27 octobre pour réclamer justice. « Le Maroc tue, l’Espagne se tait ». C’est le slogan que n’ont cessé de scander chaque année dans les rues de Melilla les parents et amis d’Emin et de Pilsy qui auraient été interceptés et abattus par un patrouilleur de la Marine marocaine le 27 octobre 2013, alors qu’ils pêchaient dans les eaux marocaines, au large de Punta Negri.

À lire : Les familles des deux Espagnols tués par la Marine marocaine en 2013 réclament toujours justice

Le 27 octobre prochain, les familles d’Abdeslam Ahmed Ali et Amin Mohamed Driss (Pisly, 24 ans et Emin, 20 ans) vont sacrifier à cette tradition. Elles entendent manifester devant la mairie de Melilla pour réclamer justice pour la mort de leurs fils, fait savoir El Cierre Digital. Les manifestants vont renouveler à l’occasion leur déception face au silence et à l’inaction du gouvernement espagnol et au manque de coopération des autorités marocaines. Ils ne manqueront pas d’observer une minute de silence en la mémoire des deux victimes.

Selon le rapport de la gendarmerie marocaine basé sur le témoignage de la Marine royale et rapportée par la MAP, les deux jeunes avaient été interceptés par un patrouilleur du service anti-immigration qui, les prenant pour des trafiquants de drogue, les a sommés de s’arrêter. Emin et Pisly auraient alors pris la fuite, ignorant les tirs de sommation. « Ces coups de feu ont immédiatement causé la mort des deux personnes à bord, ainsi que des trous dans tout le bateau », selon le rapport. L’autopsie réalisée le 31 octobre 2013 par les autorités espagnoles indique que les deux jeunes ont été frappés au thorax et au visage avant d’être abattus. Une version qui contredit celle donnée par les autorités marocaines.

À lire : L’autopsie des deux Espagnols tués par la Marine marocaine révèle des traces de coups

Le ministre espagnol des Affaires étrangères d’alors, José Manuel Garcia-Margallo, avait assuré en 2013 que « l’incident » serait clarifié « très rapidement ». En décembre de la même année, le ministre-porte-parole du gouvernement marocain, Moustapha el Khalfi, avait annoncé qu’une enquête avait été ouverte et que ses résultats seraient transmis par « voie diplomatique » aux autorités espagnoles.

« Nous demandons au nouveau ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, de nous donner des réponses et de rendre justice. Que l’Espagne fasse pression sur le gouvernement marocain », exigent les familles. L’automne dernier, la Cour nationale a émis un mandat de perquisition et d’arrêt international contre les trois militaires marocains de la Marine royale accusés d’être les auteurs présumés de la fusillade qui a causé la mort des deux jeunes. Deux mois plus tard, en novembre, l’affaire était classée à la suite d’un appel du parquet.

Sujets associés : Espagne - Manifestation - Droits et Justice - Melilla - Marine Royale Marocaine

Aller plus loin

Melilla : nouvelle manifestation des familles d’Emin et Pisly

Les familles d’Emin et de Pisly prévoient de manifester ce vendredi 27 août à Melilla pour réclamer justice. Comme tous les mois depuis la mort en 2013 des deux jeunes hommes,...

Les familles des deux Espagnols tués par la Marine marocaine en 2013 réclament toujours justice

Les familles, proches et amis d’Emin et Pisly, les deux Espagnols tués par la Marine marocaine en 2013, ont manifesté ce lundi à Melilla pour réclamer justice.

Mort d’Emin et Pisly : énième manifestation des parents et amis, désespérés

Les parents et amis proches d’Emin et Pisly, deux jeunes de Melilla qui auraient été tués par des agents de la Marine royale marocaine le 27 octobre 2013, ont manifesté le 27...

"Le Maroc tue, l’Espagne se tait"

"Le Maroc tue, l’Espagne se tait", tel est l’un des slogans scandés par les manifestants, en majorité des amis, des deux espagnols tués il y a deux semaines par la marine royale...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.