Recherche

Le football, l’autre outil diplomatique du Maroc en Afrique

© Copyright : DR

2 octobre 2021 - 18h40 - Sport - Par: A.T

En vue de confirmer son leadership en Afrique, le Maroc a actionné depuis quelques années un autre levier et non des moindres pour asseoir son influence sur le continent : le football. Boosté par l’implication personnelle du roi, le royaume mise plus que jamais sur le sport pour parfaire ses relations diplomatiques et son rôle d’acteur régional.

Pour ce faire, la fédération royale marocaine de football (FRMF), soutenue par le gouvernement, est mise à contribution pour offrir une place de choix aux pays africains notamment subsaharienne dans son organigramme. À cet effet, plusieurs initiatives et partenariats sont noués avec les fédérations africaines pour matérialiser la volonté royale d’aller vers une solidarité agissante entre les peuples africains, fait savoir le journal Le Monde.

Diplomatie footballistique

Dans cette optique, la FRMF a noué des partenariats avec 44 fédérations africaines, essentiellement subsahariennes. « Ce sont des contrats de deux ans renouvelables, explique Omar Khyari proche collaborateur de Fouzi Lekjaa, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). Et les partenariats sont ajustés selon les réalités locales. » Concrètement, le Maroc s’engage à accompagner la réalisation d’infrastructures sportives, la formation des cadres, l’accueil de stages pour des sélections nationales, la formation des arbitres et l’organisation de matchs amicaux.

Pour exemple, le journal cite les nombreux matchs internationaux de pays, dont les stades ne sont pas homologués par la CAF, qui se déroulent dans les stades marocains. Dans l’imbroglio, des pays comme le Mali, le Djibouti, le Niger, le Burkina-Faso, ou encore la Guinée se sont tournés vers le Maroc, terre d’accueil qui dispose des infrastructures modernes et adéquats.

« Toutes ces fédérations ont signé un partenariat avec le Maroc. Comme leurs stades n’ont pas été homologués – sauf pour la Guinée, qui a été écartée à cause d’une situation particulière [liée au coup d’État de septembre] –, elles se sont naturellement tournées vers le Maroc afin de demander à pouvoir y jouer. Ce que nous avons évidemment accepté », indique Khyari.

A lire  : Une importante délégation de la FIFA au Maroc

Progressivement, le sport est devenu un outil de la diplomatie marocaine. « Plus que de diplomatie sportive, je pense qu’il faut parler de diplomatie footballistique, parce que tous les efforts sont concentrés sur cette discipline », souligne Moncef El Yazghi, chercheur en politique du sport.

Favori pour la coupe du monde 2030

Le Maroc récolte peu à peu les fruits le fruit de ces investissements et de cet élan de solidarité. Le Royaume est candidat pour accueillir la Coupe du Monde de Football en 2030. Si la candidature marocaine n’a pas été malheureusement retenue pour le mondial 2026, elle a reçu néanmoins le soutien de 35 pays africains.

Malgré la déception du vote contraire des pays considérés comme « frères » (Arabie Saoudite, Koweït, Bahreïn, Jordanie, etc.), cette attitude n’a fait que renforcer la notoriété du Royaume et confirmer sa suprématie diplomatique particulièrement en Afrique en lui valant l’estime des journalistes et des analystes sportifs et politiques dans le monde.

Dans le cas où le continent africain aurait souhaité organiser l’événement olympique, le Maroc est, avec l’Afrique du Sud, seraient les seuls pays en position de force pour prétendre représenter l’Afrique dans la course à ces Jeux.

Mots clés: Football , Diplomatie , Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) , Confédération africaine de football

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact