France : un Marocain « réfugié dans l’islam à l’extrême » condamné pour violences conjugales

12 février 2023 - 17h10 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal correctionnel d’Alençon a condamné un Marocain de confession musulmane et « réfugié dans une religion à l’extrême » pour des violences commises sur son ex-femme, en 2021, à Alençon (Orne).

Le procès d’un Marocain de 41 ans « réfugié dans une religion à l’extrême » poursuivie pour violences sur sa compagne s’est déroulé devant le tribunal correctionnel d’Alençon. Il lui est reproché de lui avoir porté un coup de poing dans le bras, le 8 octobre 2021, ce qui avait entraîné une incapacité temporaire de travail (ITT) de trois jours, rapporte Actu.fr. La victime s’était opposée à sa volonté d’emmener ses deux enfants (filles) à la prière du matin à 5 h. Elle a porté plainte contre son époux et souhaitant le quitter. Une « bonne musulmane ne divorce pas », avait réagi le mis en cause.

À lire : Maroc : ce que coûte la violence conjugale aux ménages


De leur retour du Maroc la même année, la relation du couple, marié en 2012, ne s’améliore point. Dénigrement et insultes étaient le lot quotidien de la mère de famille. Selon les explications fournies par celle-ci lors de l’audience du jeudi 5 janvier, le prévenu fréquentait de plus en plus la mosquée et imposait à la famille d’apprendre l’arabe et les douze premiers chapitres du Coran. « Si tu continues à parler français, je te défigure », avait-il lancé, un jour, à sa femme. « Ce n’est pas grave, papa a le droit de taper maman pour l’éduquer », se justifiait-il auprès de leur fille, qui avait assisté à la scène.

À lire : France : accusé de violences conjugales, il fuit au Maroc

À l’issue de l’audience de jeudi 9 février 2023, le prévenu a écopé d’une peine de quatre mois de prison avec sursis probatoire pendant deux ans et interdiction de se rendre au domicile de la victime. Le tribunal l’oblige également à suivre des soins et un stage de lutte contre le sexisme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Islam - Violences conjugales - MRE

Aller plus loin

France : une Marocaine victime de violences conjugales, son époux condamné

Le tribunal correctionnel de Coutances a condamné l’époux d’une Marocaine pour violences conjugales ayant entraîné une interruption de travail de deux jours.

Seine-Saint-Denis : Un Français condamné pour viol conjugal envers sa femme marocaine

La cour d’assises de Seine-Saint-Denis a condamné un quadragénaire à une lourde peine de prison pour viols conjugaux et maltraitance contre son épouse de nationalité marocaine.

France : accusé de violences conjugales, il fuit au Maroc

Un habitant de Fortschwihr (France) recherché pour violence conjugale, a fui pour se réfugier au Maroc. Arrêté dès son retour trois semaines plus tard, il a été jugé vendredi en...

Royaume-Uni : un mari jaloux poignarde sa femme Marocaine, 24 ans de prison

Au Royaume-Uni, un tribunal a infligé une lourde peine à l’ex-époux d’une Marocaine pour tentative d’homicide.

Ces articles devraient vous intéresser :

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

MRE et exportation de devises : ce que dit la douane

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) doivent être attentifs aux nouvelles dispositions réglementaires définies par le Guide de la douane 2023. Le document met l’accent sur l’exportation d’instruments ou de moyens de paiement en devises étrangères...

MRE : du changement pour les voitures à la douane

En vue de fluidifier le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) durant l’opération Marhaba 2024, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) a mis en place de nouvelles mesures de facilitation. Ces dispositions visent à simplifier...

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Les MRE, sauveurs de l’économie marocaine ?

En 2023, les envois de fonds des Marocains résidant à l’étranger ont atteint 11,8 milliards de dollars, soit une augmentation de 5,2 % par rapport à l’année précédente. Ce chiffre positionne le Maroc comme le deuxième plus grand récipiendaire d’envois...

Tranferts records des Marocains du monde

Malgré une conjoncture économique difficile liée à la tension russo-ukrainienne, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient augmenter de 12,9% cette année pour dépasser les 105 milliards de dirhams, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

MRE : Vacances gâchées par des tracasseries administratives

C’est avec un sentiment mêlé de lassitude et de colère que les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vont commencer à débarquer dans les ports marocains dans les prochains jours.