Les fruits rouges marocains cartonnent à l’étranger

9 mars 2021 - 13h20 - Economie - Ecrit par : I.L

Connus pour leur qualité nutritionnelle, les fruits rouges marocains (les fraises, les framboises ou encore les myrtilles) se font une place de choix dans les marchés étrangers très exigeants. En tout, 75 % des fraises sont exportées sous forme de fraises fraîches, alors que les myrtilles représentent 95 %, suivies des framboises avec 90 % vers 30 destinations à l’étranger, principalement le marché européen.

Selon le chef d’arrondissement du développement agricole Sidi Allal Tazi, relevant de l’Office régional de mise en valeur agricole du Gharb (ORMVAG), Mustapha Ait Bella, la production des fruits rouges, principalement destinés à l’exportation n’a pas été impactée par la crise sanitaire du coronavirus. Ceci se justifie par le fait qu’en plus des conditions édapho-climatiques favorables, les agriculteurs ont diversifié leurs techniques et leurs moyens en vue d’optimiser l’irrigation en quête d’une moisson généreuse.

Installée depuis 1995 dans la commune de Mnasra, à 15 km de Kénitra, une exploitation des fruits rouges assure la cueillette dans le respect des gestes barrières édictées par le gouvernement, rapporte Infomediaire. Dans cette ferme, entre 600 et 700 ouvriers agricoles, principalement des femmes, travaillent dans des champs de serre. Au sein de cette unité dont la production totale est destinée à l’export surtout vers les pays européens et les USA, l’activité repose sur deux méthodes de traitement du fruit rouge à savoir la partie « frais » et la partie « surgelée », précise une source proche de cette exploitation. En raison du coronavirus, des mesures préventives sont prises. Il s’agit notamment de la désignation de trois équipes par shifts pour éviter le rassemblement des ouvriers et des employés au sein de l’unité sans pour autant pénaliser l’activité.

Pour s’imposer sur le marché européen, un maximum de vigilance et de rigueur est requis. « Nous sommes tenus de respecter les normes européennes et actuellement avec le Brexit, les marchés britanniques sont très exigeants quant à la qualité des produits agricoles », a ajouté l’un des gérants de cette ferme. « La cueillette des fraises, étant fragile, nécessite un maximum de vigilance, et si la fraise est détachée de sa tige, elle ne serait pas consommable et ferait l’objet d’une réclamation et de son retour », a-t-il confié. Pour ce gros effort de rigueur dont fait preuve la ferme et son unité de valorisation, ils ont décroché la certification GLOBAL G.A.P : Good Agricultural Practice (Bonne Pratique Agricole) destinée aux producteurs respectant les normes de la qualité et de la sécurité alimentaires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Exportations - Agriculture - Alimentation

Aller plus loin

Le leader chilien de fruits rouges Agroberries a investi 40 millions d’euros au Maroc

Le groupe chilien Agroberries, leader mondial de production et de commercialisation des fruits rouges, a annoncé mardi avoir investi 40 millions d’euros au Maroc.

Les fraises marocaines dérangent les producteurs de Huelva

L’industrie de production de la fraise de Huelva emploie 100 000 personnes dont une bonne part de saisonnières marocaines par saison et représente 97,5 % de la production...

Maroc : les opérateurs de fruits et légumes veulent une TVA à 0%

Au Maroc, la TVA sur les fruits et légumes est comprise entre 7% et 8%. Elle pénalise également la compétitivité du secteur face à la concurrence.

Marché aux fruits rouges : la concurrence marocaine inquiète les agriculteurs espagnols

Les exportations toujours croissantes de framboises et de myrtilles du Maroc inquiètent les agriculteurs espagnols. Ces derniers déplorent une concurrence déloyale.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Europe en forte croissance

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Union européenne (UE) connaissent une forte augmentation.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

Le Maroc limite la production de pastèque

Face à la pire sécheresse qu’il connaît depuis quatre décennies, le Maroc prend des mesures pour réglementer la production de pastèques qui nécessite une importante quantité d’eau.