Fuite des capitaux : 134 milliards de dirhams ont quitté le Maroc en 2012

26 juin 2013 - 19h22 - Economie - Ecrit par : J.L

Plusieurs députés ont appelé lundi le gouvernement Benkirane à adopter des mesures urgentes pour le rapatriement d’environ 134 milliards de DH, détournés illégalement à l’étranger rien qu’en 2012, chiffre divulgué par la parlementaire du PAM, Milouda Hazib.

Des députés du Parti Justice et Développement (PJD), du Parti Authenticité et Modernité(PAM) et de l’Istiqlal, estiment qu’en temps de crise économique, le Maroc a grand besoin de cet argent, qui dort dans des banques étrangères.

Pour Abdallah Bakkali, député de l’Istiqlal cité par le quotidien Akhbar Al Yaoum, ces fuites illégales de capitaux hors du Maroc, sont un crime et une trahison envers le pays.

Le chiffre présenté concernant la fuite de capitaux n’est pas exacte, estime Nizar Baraka, ministre des Finances, selon qui, cet argent comprend notamment les capitaux des Marocains Résidant à l’Etranger (MRE), mais aussi les bénéfices autorisés des entreprises étrangères implantées au Maroc.

Nizar Barak affirme que le gouvernement a engagé de multiples mesures pour minimiser le phénomène de fuite de capitaux, précisant que les réserves en devises du Maroc ne couvrent que 4 mois et trois jours d’importations.

La fuite de capitaux, qui a connu un réel boom au Maroc depuis l’avènement du Printemps Arabe, a été estimée en avril dernier à 34 milliards de DH par l’Office des changes, soit 4% du PIB.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nizar Baraka - Crise économique - Printemps arabe - Evasion fiscale - Ministère de l’Economie et des Finances - Milouda Hazib

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Impôts : des procédures simplifiées pour les MRE

La simplification des procédures administratives pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE) a permis à ces derniers de se mettre à jour vis-à-vis de l’administration fiscale, a déclaré Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances.

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Nouvel appel au roi Mohammed VI

L’ancien joueur du Raja, Yassine Salhi s’est adressé au roi Mohammed VI dans un post sur Instagram, lui demandant d’intervenir, face à la flambée des prix.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

BTP : Le Maroc en mode « chantier permanent »

Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) marocain est en plein essor. En 2024, l’investissement public dans ce domaine a connu une augmentation fulgurante de 56 % par rapport à l’année précédente, atteignant un montant de 64 milliards de...

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.