Harcèlement et violence : une enseignante accuse un policier, la DGSN dément

24 avril 2021 - 16h40 - Maroc - Ecrit par : J.D

La publication d’une enseignante contractuelle fait, depuis vendredi soir, polémique sur les réseaux sociaux. Elle accuse dans son texte un policier de la sûreté nationale de l’avoir harcelée et battue, le 14 avril, dans un souk de la ville de Tamesna, profitant du pouvoir que lui confère sa profession.

Dans son récit des faits, la présumée victime qui n’avait pas porté son masque de protection a affirmé avoir obtempéré aux instructions du policier lui demandant de porter normalement le masque. Mais poursuit-elle, après qu’elle a terminé ses achats, le policier est revenu à la charge mais cette fois-ci après quelques clins d’œil l’invitant à le rejoindre. Toujours selon elle, le policier lui a alors demandé de payer une amende.

« Afin d’éviter les problèmes, j’ai donné à une amie qui m’accompagnait les clés de la maison, pour récupérer l’argent et payer », raconte la jeune enseignante qui ajoute que dès que son amie est partie, l’agent de police décide de l’embarquer au poste de police. Face à sa résistance, elle dit avoir été « jetée » dans la voiture de police dans un état de « quasi-inconscience » après avoir reçu des coups au visage et au ventre et qui auraient causé des blessures certifiées par un certificat médical.

Devant le tollé suscité par l’affaire sur les réseaux sociaux, la préfecture de police de Rabat a donné sa version des faits, rejetant formellement certaines des affirmations faites par l’enseignante. Elle a tenu à situer l’opinion sur les mesures juridiques mises en œuvre dans l’affaire. Le communiqué de la police relève que l’enseignante ne portait pas un masque de protection lorsqu’elle a été abordée par l’un des éléments de la patrouille, l’invitant à porter un masque de protection.

« Le policier a soigneusement demandé à l’intéressée d’accompagner la patrouille jusqu’au service de police compétent, d’autant plus qu’elle n’avait pas avec elle un document pouvant prouver son identité. Cependant, la personne concernée a catégoriquement refusé et prononcé des termes menaçants et insultants contre le policier », détaille longuement la Préfecture de police.

Selon la police, les témoignages recueillis auprès de la deuxième personne qui accompagnait la jeune enseignante et d’un vendeur présent sur les lieux et des autres membres de la patrouille concordent. « Des déclarations qui ne portent aucun élément pour étayer les allégations de violence ou de harcèlement », affirme les services de police.

L’officier de police judiciaire compétent a également écouté les agents à l’origine de cette intervention. Il ressort de leurs déclarations que l’enseignante a été prise en flagrant délit de violation de l’état d’urgence sanitaire », conclut le communiqué de la police.

Sujets associés : Droits et Justice - Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Violences et agressions

Aller plus loin

Oujda : une première au Maroc, un homme en prison pour harcèlement

Le tribunal d’Oujda, dans l’est du Maroc, vient de condamner un homme à deux mois de prison pour avoir harcelé une jeune lycéenne à qui il faisait la cour. Il devra également...

Maroc : une vidéo montrant une femme victime de harcèlement sexuel choque la toile

Une Marocaine a publié sur les réseaux sociaux une vidéo sur le harcèlement sexuel dont elle a été victime dans un grand taxi.

Prétendue bavure policière : la DGSN dément et menace

La Direction générale de la Sécurité nationale (DGSN) est déterminée à faire la lumière sur une prétendue affaire de bavure policière. Convaincue des contre-vérités étalées par...

Le patron de la DGSN présente ses excuses à un homme humilié par la police

Après la suspension du policier accusé d’avoir humilié en insultant et en giflant le propriétaire d’un triporteur, le directeur de la Direction générale de la Sûreté nationale...

Ces articles devraient vous intéresser :

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Un beau cadeau de fin d’année pour la police marocaine

Les agents de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), travaillant dans les différentes directions au niveau national, recevront en cette fin d’année, une prime exceptionnelle, octroyée par le directeur général Abdellatif Hammouchi.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé à une nouvelle série de nominations au sein de l’institution, aussi bien au niveau régional que local. Elles concernent cette fois-ci les villes de Rabat, Salé, Meknès,...

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Cinq nouvelles nominations à la DGSN

Le directeur général de la Sûreté territoriale (DGST), Abdellatif Hammouchi, a procédé à une nouvelle série de nominations, notamment au sein des services centraux de la Direction des Ressources humaines.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.