Maroc : les Amazighs demandent que "Id Yennayer" soit férié

7 janvier 2021 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les militants et politiciens amazighs insistent sur la reconnaissance du nouvel an amazigh, «  Id Yennayer  » comme une fête nationale à l’instar du 1ᵉʳ janvier ou du 1ᵉʳ Moharram. Des correspondances ont été adressées au chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani et au Parlement.

Dans sa correspondance, le Front d’action politique amazigh souhaite que «  Id Yennayer  » soit reconnu comme une fête nationale et que ce jour soit férié chômé et payé, comme le 1ᵉʳ janvier ou le 1ᵉʳ Moharram, rapporte le journal arabophone Al Ahdath Al Maghribia. Le mouvement estime que cela est faisable, dans la mesure où, les parlementaires sont nombreux à défendre cette cause. À titre illustratif, la représentation amazighe met en avant la signature récente par 143 députés d’une pétition adressée au gouvernement pour reconnaître cette fête nationale.

Pour les militants, reconnaître «  Id Yennayer  » est surtout une concrétisation des dispositions constitutionnelles, lesquelles consacrent l’amazigh comme langue officielle du pays aux côtés de l’arabe.

Chaque année, la célébration du jour du nouvel an amazigh réunit plusieurs dizaines d’Amazighs. En 2020, ils étaient nombreux à célébrer l’événement devant le Parlement afin que leur doléance soit prise en compte. Aux yeux des militants, «  Id Yennayer  » n’est pas simplement un rituel annuel de célébration, mais un événement qui a une dimension à la fois symbolique et historique dans l’imaginaire et l’identité des Amazighs.

Sujets associés : Amazigh - Patrimoine - Journée - Saâdeddine El Othmani - Parlement marocain

Aller plus loin

Un nouveau plaidoyer pour la reconnaissance du nouvel an amazigh

Ahmed Boukous, recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) appelle à la reconnaissance du nouvel an amazigh et de son officialisation comme fête nationale...

L’amazigh, bientôt langue de travail au sein de la chambre des conseillers

À l’instar de l’arabe, la langue amazighe sera bientôt reconnue comme une langue de travail au sein de la Chambre des conseillers au Maroc.

Maroc : appel pour que Yennayer, le nouvel an amazigh, soit férié

Faire du Nouvel an amazigh (Yennayer), une journée fériée, chômée et payée, c’est le vœu des Amazighs. Le collectif de défenseurs de cette culture a saisi à cet effet le...

Milan : une exposition en hommage à la culture amazighe

« Berbères Portraits », c’est le nom de l’exposition portant la touche du photographe portugais Rui Pires et qui s’est ouverte récemment à Milan, mettant en avant la richesse de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Le Congrès mondial amazigh en colère contre Aziz Akhannouch

Le Congrès mondial amazigh reproche à Aziz Akhannouch d’exploiter l’identité amazighe comme une façade folklorique pour marquer des points politiques pour son parti et à son gouvernement de cautionner la violation des lois marocaines.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Jack Lang encense le roi Mohammed VI

Jack Lang, directeur de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris, a manifesté de nouveau, son admiration pour le roi Mohammed VI pour son engagement au profit de l’édification d’un Maroc fort et avancé dans beaucoup de domaines. Pour l’éternel ministre...

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...