Guerre en Ukraine : les professionnels de la filière agrumes au Maroc craignent le pire

16 juin 2022 - 13h00 - Economie - Ecrit par : G.A

Depuis l’exclusion de la Russie du système de messagerie interbancaire Swift, les exportateurs marocains d’agrumes croisent les doigts pour être payés, même si la probabilité de l’être avec la situation actuelle reste très faible.

Selon Les Inspirations Eco, les exportations marocaines d’agrumes vers la Russie ont fortement augmenté ces dernières années. Elles représentent actuellement 10 % des importations agrumicoles globales de la Russie. « Aujourd’hui et plus que jamais se pose avec acuité la question des paiements, compte tenu de la poursuite de la guerre russo-ukrainienne. Ces craintes sont jugées fondées, surtout à l’approche de la clôture de la campagne d’export agrumicole », souligne le quotidien.

À lire : L’isolement de la Russie du réseau financier Swift inquiète le Maroc

Selon la même source, des négociations pourraient se faire entre les deux parties pour trouver une alternative, puisque les raisons qui ont poussé au retrait de la Russie de ce système de transactions financières sont toujours présentes. L’alternative pourrait donc être un mécanisme de compensation entre importations russes et exportations d’agrumes marocaines (troc), ou le recours à un système alternatif (tel que le Swift russo-chinois) ou encore la possibilité de régler en roubles ou en dirhams, précise le journal.

À lire : L’isolement de la Russie du réseau financier Swift inquiète le Maroc

En attendant qu’une solution soit trouvée, la Fédération interprofessionnelle marocaine des agrumes (Maroc Citrus) a en main une facture impayée de plus de 57 millions de dollars US. Elle a d’ailleurs adressé une lettre au ministère de l’Agriculture, à celui des Finances et au Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), pour leur expliquer que 30 % à 40 % des exportations de petits fruits restent impayés. Ils ont précisé le non-paiement risque d’anéantir la filière déjà confrontée à des difficultés d’ordre structurel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Russie - Exportations - Agriculture - Sanction

Aller plus loin

Maroc : réunion d’urgence des producteurs d’agrumes

Réunion urgente ce lundi 7 mars 2022 de l’Association des producteurs d’agrumes au Maroc (ASPAM). L’objectif est d’examiner la situation des agrumiculteurs marocains, impactés...

L’Europe pourrait durcir l’entrée des agrumes marocains

Le président de la région de Valence, Carlos Mazón, a demandé à l’Union européenne un traitement par le froid des agrumes provenant de pays tiers dont le Maroc.

Quelles conséquences économiques de la guerre russo-ukrainienne pour le Maroc ?

La guerre russe en Ukraine pourrait impacter négativement l’économie marocaine, les deux pays étant les partenaires commerciaux du Maroc. Le royaume pourrait être confronté à...

L’isolement de la Russie du réseau financier Swift inquiète le Maroc

La mise à l’écart de la Russie du système international de paiement international Swift va inévitablement peser sur les relations commerciales avec le Maroc. Les exportateurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.