Les jeunes Marocains bousculent les interdits religieux

14 mai 2024 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que la grande majorité des Marocains (99 % de la population) se revendiquent de l’islam, il existe de jeunes Marocains qui ne sont adeptes d’aucune religion et jouent la carte de la discrétion. C’est ce que révèle une étude menée à l’Université Radboud de Nimègue, aux Pays-Bas.

« Au Maroc, trois sujets sont tabous : Dieu, le roi et le Sahara. Par conséquent, la plupart des jeunes Marocains ne proclament pas ouvertement leur athéisme ou leur agnosticisme. Cela entraîne trop de conséquences sociales », estime l’anthropologue Lena Richter de l’Université Radboud de Nimègue aux Pays-Bas qui a mené une recherche sur le rôle central de la religion au sein de la société marocaine. En tout, 50 jeunes (âgés de 18 à 35 ans) athées et agnostiques instruits issus de la classe moyenne urbaine au Maroc et en Europe ont été interrogés dans le cadre de l’étude.

À lire : L’Islam visible, une hantise française ?

Il ressort des entretiens que les opinions non religieuses s’expriment principalement indirectement dans des actions subtiles qui ne s’alignent pas avec le modèle de comportement du bon musulman, défiant ainsi les normes établies. À titre d’exemple, « une personne peut choisir de se faire tatouer, de boire occasionnellement du vin, de fréquenter des bars, de ne pas jeûner pendant le ramadan ou de plaisanter sur l’islam sur les réseaux sociaux », explique Richter. Elle ajoutera : « Cela implique également l’abandon de certaines pratiques religieuses, comme ne plus prier ou ne plus fréquenter la mosquée ».

À lire :Islamophobie : l’UE décidée à « construire l’Europe de demain » (vidéo)

Malgré le manque d’appréciation pour les opinions non religieuses, ces violations mineures des règles, il existe une certaine forme de tolérance sociale et familiale envers ces pratiques. « Les opinions non religieuses ne sont pas appréciées, mais tant que la personne n’en fait pas grand cas, les membres de son réseau ne le feront pas non plus », explique encore la chercheuse. Selon elle, il peut dans une certaine mesure être plus facile d’être non-croyant au Maroc qu’en Europe. Au Maroc, un non-croyant opère à partir d’une position minoritaire. Mais en Europe – où les Marocains sont déjà une minorité et où les musulmans sont victimes de discrimination – les Arabes non-croyants sont fréquemment manipulés à des fins électorales par des partis de droite pour critiquer l’islam et le dénaturer, signale l’étude.

À lire : De la stigmatisation à la mobilisation : le combat contre l’islamophobie à Roubaix

Les débats autour de l’athéisme sont de plus en plus présents sur les réseaux sociaux, notamment parmi la jeunesse marocaine. « Sur les réseaux sociaux, on voit émerger des discussions sur la foi parmi les jeunes Marocains », fait remarquer l’universitaire. Elle a en outre précisé que les Marocains non religieux présentent diverses nuances, influencées par leurs origines familiales et leur propre parcours. Alors que certains conservent un lien avec l’islam à travers notamment la célébration du Ramadan en famille, d’autres adoptent des positions plus tranchées à l’égard de la religion.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Islam - Pays-Bas - Etude

Aller plus loin

De la stigmatisation à la mobilisation : le combat contre l’islamophobie à Roubaix

Constituée d’une forte population immigrée, la communauté musulmane de Roubaix est souvent victime de discriminations et d’islamophobie. Une situation vécue par les habitants...

L’Islam visible, une hantise française ?

Haoues Seniguer, sociologue du politique à Science Po Lyon et auteur de La République autoritaire. Islam de France et illusion républicaine, s’exprime sur des prétendues «...

Tarn : condamné à 10 mois de prison pour des actes islamophobes

L’auteur des dégradations volontaires visant la communauté musulmane de Saint-Juéry (Tarn), a été condamné cette semaine à 10 mois de prison avec sursis. Il s’agit d’un...

Aux États-Unis, les musulmans continuent de lutter contre l’islamophobie

Les Américains sentent monter l’islamophobie qui affectent leur vie quotidienne. C’est ce que révèle un rapport du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR).

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Maroc : ils paient les dettes des plus pauvres

De jeunes Marocains, influenceurs, artistes et personnalités sont à l’origine d’une initiative visant à soutenir les familles dans le besoin en cette période de ramadan, mais aussi à les aider à éponger leurs dettes.

Maroc : « Marée » de déchets après les iftars sur les plages

Les associations de défense de l’environnement dénoncent le non-respect des règles environnementales par certaines familles qui laissent d’importantes quantités de déchets sur les plages après y avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Officiel : l’Aid Al Fitr célébré mercredi 10 avril au Maroc

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé ce mardi soir, après la prière d’Al Maghrib, l’observation du croissant lunaire annonçant le début du mois de Chaoual 1445 H. C’est donc officiel, l’Aïd Al Fitr 1445 sera célébré demain...

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Le Maroc débutera le ramadan le mardi 12 mars

Le mois de Ramadan débutera bel et bien mardi 12 mars 2024 au Maroc. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques l’a annoncé ce dimanche 10 mars, après l’observation du croissant lunaire.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques