La justice française face à l’incompréhension de la famille d’Aymen

26 décembre 2022 - 16h10 - France - Ecrit par : S.A

La famille d’Aymen, adolescent marocain de 14 ans percuté et tué par une voiture folle le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après le match Maroc-France, s’étonne du fait que l’enquête pour « coups mortels aggravés avec arme par destination, en l’occurrence la voiture » n’avance « pas très vite » et qu’elle ne soit au courant de rien.

« Il y a plusieurs choses qu’ils ne comprennent pas. D’abord, comment se fait-il qu’un individu qui a été identifié et qui a commis des faits de cette gravité n’a pas encore été interpellé ? On nous dit qu’il est d’origine espagnole et qu’il pourrait être parti là-bas. Très bien, c’est justement avec ce pays que nous avons la meilleure coopération policière. On a les moyens de connaître les liens familiaux qu’il a là-bas. Alors qu’en est-il réellement de l’enquête ? On sait juste que la police judiciaire a été co-saisie. C’est très bien, mais c’est insuffisant », explique Marc Gallix, avocat de la famille d’Aymen dans une interview accordée à Midi Libre.

À lire : Le chauffard qui a tué Aymen à Montpellier serait en fuite à l’étranger

Il dit comprendre que tout ne soit pas dit à la famille. « Mais là, on est dans l’excès inverse », fait-il remarquer, avant d’interroger : « pourquoi la famille est-elle tenue à l’écart de l’enquête ? » Aux yeux de Marc Gallix, cette situation paraît étrange. « Depuis que les parents ont été reçus par le procureur, vendredi dernier, ils n’ont plus aucune nouvelle. Ils ne savent même pas quels moyens sont mis en œuvre pour retrouver le meurtrier de leur fils. C’est la première fois que je vois ça dans un dossier aussi sensible. La moindre des choses, compte tenu de ce qu’ils ont vécu, serait de faire le point de temps en temps avec eux, que ce soit de la part des enquêteurs ou du parquet. Cela leur permettrait de se sentir soutenus ».

À lire : « Justice pour Aymen »

Selon lui, le fait de ne rien dire ne fait qu’entretenir l’incompréhension, attiser les rumeurs et exacerber le sentiment d’injustice et les tensions. « Le constat aujourd’hui, malheureusement, c’est que les choses n’avancent pas très vite », ajoute l’avocat « Nous avons été entendus en tant que témoins. Mais pour le reste ? La police m’a demandé de rassembler les noms et numéros de témoins, alors que ce n’est pas vraiment mon rôle et que je suis en deuil », renchérit Saïd, grand frère d’Aymen, qui demande que sa famille soit tenue au courant de l’avancée de l’enquête, même une fois tous les deux ou trois jours, et « même si on ne nous donne pas tous les détails ».

À lire : Mort d’Aymen : son frère Saïd se dit «  brisé à l’intérieur  »

Quelques jours après la mort de l’adolescent, la famille est toujours sous le choc. « Comme c’est le cas pour mes parents ou mes sœurs, une partie de nous est morte avec lui ce soir-là, explique Saïd. C’était lui qui faisait vivre la maison, qui rigolait, qui nous énervait parfois. C’était le cœur de la famille. Il y aura toujours une ombre qui nous suivra. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Montpellier - Enquête - Décès - MRE - Mort d’Aymen à Montpellier

Aller plus loin

Montpellier : les appels au calme se multiplient après la mort du jeune Aymen

Quelques jours après le décès d’Aymen, l’adolescent d’origine maghrébine percuté par une voiture dans le quartier de la Mosson, les appels au calme ont fait baisser les tensions...

La famille d’Aymen tué à Montpellier réclame justice

La famille d’Aymen, adolescent de 14 ans, percuté par une voiture folle et tué le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après le match Maroc-France, réclame justice.

Fin de cavale pour le meurtrier présumé d’Aymen

En fuite depuis près de deux semaines, le conducteur de la voiture qui a percuté et tué Aymen, un adolescent de 14 ans le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après...

Le chauffard qui a tué Aymen à Montpellier serait en fuite à l’étranger

Le meurtrier d’Aymen, adolescent marocain fauché le 14 décembre, à Montpellier après le match Maroc-France, serait en fuite à l’étranger.

Ces articles devraient vous intéresser :

Retour définitif des MRE au Maroc : ce que dit la douane

Selon les dernières régulations édictées par la douane marocaine, les Marocains résidant à l’étranger qui prévoient de rentrer définitivement au Maroc doivent se conformer à certaines règles concernant l’importation de biens.

Jet-skis, bateaux de plaisance... que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a mis en place un régime d’admission temporaire pour les moyens de transport maritimes privés, en particulier les bateaux de plaisance, appartenant à des personnes résidant à l’étranger.

Un milliardaire marocain a de grandes ambitions en Afrique

Le milliardaire américain d’origine marocaine Marc Lasry, président directeur général d’Avenue Capital Group, investit depuis une dizaine d’années dans le domaine du sport. Après avoir été copropriétaire de l’équipe de basketball des Milwaukee Bucks de...

Eurovision : triomphe de Loreen, doigt d’honneur pour la Zarra (photo)

La Suédoise Loreen a triomphé au Concours de l’Eurovision de la Chanson avec sa mélodie intitulée “Tattoo”, inscrivant ainsi une nouvelle page dans les annales du concours. La chanteuse d’origine marocaine a remporté la compétition pour la deuxième...

L’ONCF a pensé aux MRE pendant les vacances

L’Office National des Chemins de Fer (ONCF) a mis en place un plan pour accueillir les millions de voyageurs attendus à bord de ses trains lors de la prochaine saison estivale. Une attention particulière est accordée aux Marocains résidant à l’étranger...

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Tranferts records des Marocains du monde

Malgré une conjoncture économique difficile liée à la tension russo-ukrainienne, les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devraient augmenter de 12,9% cette année pour dépasser les 105 milliards de dirhams, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

MRE et exportation de devises : ce que dit la douane

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) doivent être attentifs aux nouvelles dispositions réglementaires définies par le Guide de la douane 2023. Le document met l’accent sur l’exportation d’instruments ou de moyens de paiement en devises étrangères...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Données bancaires des MRE : le gouvernement rassure

Alors que la question de l’échange automatique des données sur leurs comptes bancaires, actions et biens détenus au Maroc avec l’OCDE refait surface, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances, a tenu à rassurer les Marocains résidant...