Une pétition pour Kenza, « élève très investie » menacée d’expulsion

27 janvier 2021 - 09h20 - France - Ecrit par : S.A

Une pétition a été lancée pour soutenir Kenza Sahed, 18 ans, élève en terminale au lycée Les Bruyères à Sotteville-lès-Rouen, menacée d’expulsion. Une élue envisage d’adresser un courrier au préfet pour qu’il intervienne en sa faveur.

Scolarisée depuis deux ans au lycée Les Bruyères à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), Kenza a reçu fin décembre 2020 une obligation de quitter le territoire français (OQTF), rapporte Actu.fr. « Je devais quitter la France le 18 janvier [2021]. Je ne sais plus quoi faire. Je ne dors plus. J’ai la boule au ventre. Je me dis que je peux me faire arrêter n’importe quand », confie-t-elle. La lycéenne s’accroche malgré tout. Son souhait, dira-t-elle, c’est de décrocher son baccalauréat et de rester en France. « J’ai continué d’étudier, même si ça me pèse, dit-elle. Je veux rester ! Je suis attachée à la France et à ses valeurs. Si j’ai choisi la France, c’est que j’ai l’objectif de réussir ma vie et d’avoir un avenir brillant ».

La situation de Kenza a touché bon nombre de personnes. Une pétition a été ainsi lancée pour la soutenir et lui permettre de régulariser sa situation. « Nous ne pouvons que déplorer cette décision qui intervient alors même que Kenza s’apprête à finaliser son baccalauréat dans quelques mois. Nous le regrettons d’autant plus que c’est une élève particulièrement investie auprès de ses camarades et profondément engagée dans la vie de sa classe et de son lycée », est-il écrit.

Quelques images sur le site du concours Euroscola auquel participent des établissements de l’Union européenne témoignent d’ailleurs de son investissement et de l’ironie de son sort à l’entendre dire « si j’étais européenne… » « Kenza, c’est une élève très investie », assure Patrick Lopes, professeur-documentaliste au lycée Les Bruyères, qui l’a encadrée pour sa participation au concours lycéen Euroscola. Elle a d’ailleurs remporté ce concours avec plusieurs camarades.

« Il s’agit d’une élève parfaitement intégrée qui mérite, comme tout élève de son âge, de bénéficier du droit fondamental à l’éducation et surtout de ne pas en être privée par une décision que nous estimons injuste », témoigne Fatima El Khili, adjointe à la mairie de Rouen et enseignante au lycée. Elle compte adresser un courrier au préfet pour qu’il intervienne en faveur de Kenza et discuter avec le maire de Rouen. « Je vais demander un recours gracieux », fait savoir l’élue.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Expulsion - Education - Rouen

Aller plus loin

Des élus soutiennent Kenza, la lycéenne « ambitieuse » menacée d’expulsion

Les maires de Rouen et Sotteville-lès-Rouen apportent leur soutien à Kenza Sahed, élève au lycée Les Bruyères à Sotteville-lès-Rouen, menacée d’expulsion. Dans une...

France : élan de solidarité autour de Mohamed et de son fils myopathe menacés d’expulsion

L’histoire de Mohamed et de son fils myopathe menacés d’expulsion a ému les habitants du département des Yvelines qui leur ont proposé un logement.

Montpellier : mobilisation pour Jalal, «  brillant étudiant  » d’origine marocaine menacé d’expulsion

Des syndicats étudiants montpelliérains apportent leur soutien à Jalal, « brillant étudiant » d’origine marocaine, menacé d’expulsion. Un rassemblement s’organise ce mardi...

Pour éviter l’expulsion, un Marocain simule une infection au coronavirus

Faisant l’objet d’une décision d’expulsion imminente vers son pays d’origine, émise par les autorités italiennes, un migrant clandestin marocain a pensé à un stratagème pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un Marocain très apprécié menacé d’expulsion en France

Alors qu’il se trouve en France depuis plusieurs années, Alae Eddine Ennaimi est menacé d’expulsion. Le jeune homme de 24 ans a été arrêté par la police après un contrôle dans le restaurant où il travaillait.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Maroc : les gifles toujours présentes à l’école

Une récente enquête du Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS) lève le voile sur la persistance de pratiques de punitions violentes dans les établissements scolaires marocains.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...