Du nouveau dans le procès du Koweitien en fuite après les accusations de viol sur mineure

9 décembre 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Après deux ans de léthargie due à la non-comparution de l’accusé en fuite, le procès contre Abderrahman Mohammed Samrane Al-Azmi, un touriste koweïtien accusé de viol sur une mineure de 14 ans à Marrakech, pourra enfin avancer.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du jeune Koweitien de 24 ans, accusé de viol sur mineure, mais qui n’a pas jusqu’à ce jour répondu de ses actes devant la justice marocaine. La Chambre criminelle de Marrakech a ouvert le 15 novembre une procédure de contumace contre Abderrahmane Mohamed Samran Al-Azmi, qui avait fui le Maroc le 28 janvier 2022, après avoir été libéré provisoirement contre une caution de 30 000 DH. Il sera donc jugé par contumace. La prochaine audience du procès est prévue le 10 janvier 2023. L’Association marocaine des droits humains (AMDH) est désormais unique partie civile, la mère de l’enfant ayant retiré sa plainte. « Nous n’avons pas oublié. Nous suivons encore le dossier et nous sommes toujours, partie civile », indique Omar Arbib, de l’AMDH (branche de Marrakech), cité par Médias24.

À lire : Maroc : une association s’insurge après la fuite d’un violeur koweïtien

Le déclenchement de cette procédure fait suite à 21 audiences du procès, au cours desquelles l’accusé n’a jamais comparu, malgré les nombreuses convocations et les garanties déposées par l’ambassade du Koweït. Omar Arbib s’interroge sur comment l’accusé a réussi à quitter le territoire alors qu’il était sous le coup d’une poursuite criminelle. « Le parquet général aurait pu au moins émettre un avis de recherche international, ce qui n’a pas été fait », ajoute-t-il, rappelant que l’accusé « a avoué les faits devant la police judiciaire et le juge d’instruction ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Procès - Koweït

Aller plus loin

Espagne : sept ans de prison pour un Koweïtien accusé du viol d’une Marocaine

Le tribunal provincial d’Alicante a condamné à sept ans de prison un homme d’affaires koweïtien résidant à Calpe (Alicante) pour le viol d’une Marocaine qu’il avait recrutée...

Maroc : une association s’insurge après la fuite d’un violeur koweïtien

L’Association marocaine des droits humains (AMDH, section Marrakech, Menara) a décidé de l’ouverture d’une enquête pour approfondir les recherches par rapport à la fuite du...

Maroc : plus de 200 enfants victimes de viol en 2021

En 2021, l’Association « Touche pas à mon enfant » a traité sur le plan national 264 dossiers de viols ou d’agression d’enfants.

Un violeur en série arrêté à Casablanca

Les éléments du deuxième district de Sidi Moumen, à Casablanca, ont arrêté un individu qui abusait de plusieurs fillettes âgées de 10 à 11 ans.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.