Samanah Country Club à Marrakech : nouvelles révélations

1er octobre 2022 - 21h40 - France - Ecrit par : A.P

Dix-huit ans après son lancement, le projet de construction du complexe touristique Samanah Country Club à Marrakech est toujours au point mort. L’un des associés du cabinet d’audit français KPMG est soupçonné d’avoir aidé à maquiller les comptes de la société promotrice du projet.

Le projet avait prévu la construction de centaines de villas, appartements, hôtels de luxe, commerces. Mais depuis son lancement en 2006 avec la bénédiction du roi Mohammed VI, c’est le statu quo. L’un des associés du cabinet d’audit KPMG est soupçonné d’avoir aidé les promoteurs du projet, Alain Crenn (GAC) et Richard Hennessy, à maquiller les comptes de leur société. Les deux investisseurs n’ont pas été en mesure de libérer la première tranche de travaux alors que plusieurs particuliers ont déjà acheté des villas sur plan. En mai 2011, ils finissent par céder 51 % de Marprom, la société marocaine porteuse du projet, à un autre investisseur immobilier, Gaël Paclot, associé de Daniel Boisson, l’un des premiers acquéreurs des maisons.

À lire : Maroc : l’État reprend un terrain de 40 hectares à un conseiller royal

Les nouveaux investisseurs injectent dix millions d’euros dans le projet, un montant qui devait permettre d’achever les premières maisons dont l’argent de la vente servirait à financer le reste des travaux. Mais plusieurs mois après avoir repris le projet, Paclot et Boisson n’ont pu accéder à ses comptes bancaires. Ils portent plainte contre GAC devant le tribunal de Paris, l’accusant d’avoir dissimulé les difficultés financières de Marprom. L’affaire est confiée à la juge Patricia Simon qui, après s’être rendue au Maroc et diligenté une expertise comptable, a décidé de mettre en examen Richard Hennessy et Alain Crenn.

Les deux investisseurs sont accusés d’escroquerie, faux et usage de faux, blanchiment de fraude fiscale et présentation de comptes non fidèles. La juge a également mis en examen un responsable de KPMG France pour complicité de présentation de comptes non fidèles. En octobre 2021, elle annule l’expertise comptable pour vice de forme. L’enquête ouverte a révélé que KPMG Maroc, l’un des deux commissaires aux comptes locaux de Marprom, avait refusé de certifier les résultats de l’exercice 2010. Les besoins de financement de la société ne seraient pas de 10 mais de 38 millions d’euros.

À lire : La famille Chaâbi cherche preneur pour sa chaîne hôtelière

KPMG Maroc a envoyé en juillet un rapport circonstancié à KPMG France, qui avait déjà certifié les comptes français de GAC. Le responsable de KPMG France a alors sollicité l’avis d’un deuxième commissaire aux comptes marocain. « Alain Crenn et Richard Hennessy avaient bien conscience du caractère non fidèle des comptes et ont entrepris de falsifier la présentation des comptes, leur arrêté et leur adoption. La constitution de ces faux n’a été possible que grâce à l’intervention de KMPG France », a indiqué la Cour d’appel dans son arrêt.

« La responsabilité pénale de KPMG France en tant que personne morale doit être engagée », estime Marc-Michel Leroux, l’avocat de Daniel Boisson. Aux dernières nouvelles, un nouveau juge a repris l’affaire. Mais plus important, Yazid Sabeg, l’ancien commissaire à la diversité de Nicolas Sarkozy et patron de CS Group (défense, aéronautique…) aurait racheté Marprom et entend achever la construction des villas et d’un hôtel cinq étoiles.

Sujets associés : France - Marrakech - Droits et Justice

Aller plus loin

Maroc : l’État reprend un terrain de 40 hectares à un conseiller royal

Le conseiller royal, Yassir Zenagui, vient de perdre son terrain de 40 hectares. La direction régionale des domaines de l’État de Rabat lui a repris le domaine pour n’avoir pas...

La famille Chaâbi cherche preneur pour sa chaîne hôtelière

En difficulté, la famille Chaâbi envisage de céder les hôtels de sa chaîne Mogador. Le temps des vaches grasses est terminée.

Le « S.O.S de survie » de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière du Maroc

La crise sanitaire et les mesures restrictives plombent la reprise des activités des professionnels de l’hôtellerie. Asphyxiés, ceux-ci appellent au secours le Gouvernement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...