Île-de-France : 20% de la main d’oeuvre est d’origine étrangère

30 octobre 2022 - 11h31 - France - Ecrit par : A.P

La main-d’œuvre d’origine étrangère est très importante en Ile-de-France où elle représente plus de 20 % des actifs, selon une étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Ces immigrés, originaires pour la plupart du Maroc, de l’Algérie ou de l’Afrique de l’Ouest et du centre, occupent souvent des emplois peu qualifiés dans lesquels ils sont exploités. « Quand on regarde les emplois dans lesquels la part d’immigrés est importante, on voit des emplois comme les aides à domicile ou les ménagères, les ouvriers du bâtiment aussi… En Ile-de-France, un cuisinier sur deux est immigré », explique à RFI Mustapha Touahir, chef du service régional de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE).

Pendant la crise sanitaire du Covid-19, 76 % des agents d’entretien étaient des immigrés, souligne la même source, précisant qu’en Ile-de-France, ils représentent un peu plus de 20 % de la population, soit deux fois plus que dans le reste de la France métropolitaine. Cette main d’œuvre est plus concentrée en Seine-Saint-Denis, département le plus pauvre de la métropole, où près d’un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

À lire : Face à la pénurie de main-d’œuvre, la France recrute au Maroc

Dans les professions intermédiaires et supérieures, cette main-d’œuvre étrangère est moins importante. « On a analysé le niveau de diplôme des actifs immigrés… Une personne qui dispose d’un diplôme de niveau bac + 5 par exemple peut se retrouver sur un emploi d’ouvrier ou d’employé. Ce phénomène de déclassement est plus prononcé chez les personnes qui sont d’origine immigrée », détaille Mustapha Touahir.

En Ile-de-France, près de 40 000 travailleurs immigrés détenteurs d’un diplôme d’études supérieures Bac + 5 occupent un emploi d’ouvrier ou d’employé. 56 % d’entre eux détenteurs d’une licence exercent des professions intermédiaires ou supérieures contre 80 % pour les non-immigrés, souligne l’INSEE.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Intégration - Emploi - Immigration

Aller plus loin

L’agriculture française en manque cruel de main-d’œuvre marocaine

La France souffre de l’absence des saisonniers venus du Maroc, d’Europe ou d’ailleurs chaque année en raison de la fermeture des frontières alors que le moment des récoltes...

Face à la pénurie de main-d’œuvre, la France recrute au Maroc

Certains professionnels du tourisme en France font face à une pénurie inédite de main-d’œuvre. En désespoir de cause, ils se tournent vers le Maroc et d’autres pays pour...

Les ouvriers marocains, une main d’œuvre précieuse pour les vignerons corses

Les ouvriers agricoles marocains sont d’une aide précieuse pour les vignerons corses qui font face au manque de main-d’œuvre locale.

Lot-et-Garonne : la main-d’œuvre marocaine toujours au rendez-vous

La crise sanitaire n’a produit aucun impact sur la main-d’œuvre agricole à Lot-et-Garonne. Marocains et Européens sont les saisonniers employés dans les champs et sous les serres.

Ces articles devraient vous intéresser :

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.