Recherche

Marché locatif : les Marocains ont un engouement pour les biens meublés

© Copyright : DR

12 novembre 2020 - 20h30 - Economie - Par: J.K

Le marché locatif de longue durée enregistre de vrais changements depuis quelques mois au Maroc. Le goût est de plus en plus prononcé pour les biens meublés, confirme Mubawab dans sa dernière édition du tensiomètre locatif pour le compte du 3e trimestre.

La location d’appartements a connu une hausse de 2%, comparativement au trimestre précédent, avec une chute annuelle des prix de -4% en glissement annuel, fait savoir Aujourd’hui le Maroc, citant Mubawab. Concernant les villas louées vides, une évolution annuelle positive de 3% a été enregistrée, pendant que le résultat trimestriel a chuté de 9% contre 6% au deuxième trimestre 2020.

"Dans le segment des appartements proposés vides à la location, les loyers les moins chers se trouvent dans les villes de Khouribga, Had Soualem et Chefchaouen." indique la même source. Par contre, les loyers les plus chers se trouvent à Bouskoura, Rabat et Casablanca. Quant aux villas les plus abordables en location, elles se trouvent à Meknès, Al Hoceima et Taroudant.

La demande pour la location meublée connaît un bond. "Même s’il y a eu une légère baisse de 1% au trimestre, les appartements sont à +6% comparativement à l’année écoulée. Le prix des villas meublées a haussé de 3% ce trimestre", a souligné le même site.

Il faut noter que, par ces temps de confinement, les Marocains optent plus pour les biens avec des aménagements plus particuliers depuis le second trimestre de l’année. Ainsi, le choix se tourne plus en faveur des petites superficies avec un confort en aménagement intérieur non négligeable. La demande en appartements disposant de balcon ou de terrasse et de piscine pour les villas, a augmenté au troisième trimestre, a remarqué la même source.

Mots clés: Immobilier , Casablanca , Rabat , Meknès , Taroudant , Al Hoceima , Khouribga , Chefchaouen , Bouskoura , Had Soualem

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact