Maroc : appel à une enquête « impartiale » sur la mort d’un homme en garde à vue

7 avril 2023 - 12h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

Amnesty international appelle à une enquête « exhaustive et impartiale » sur la mort « illégale » de Yassine Chabli, ancien agent de sécurité de la société nationale d’exploitation de phosphate, en garde à vue au poste de police de Ben Guerir le 6 octobre 2022.

« Les autorités marocaines doivent veiller à mener une enquête exhaustive et impartiale sur la mort illégale d’un homme en garde à vue le 6 octobre 2022. Elles doivent amener les policiers responsables d’avoir torturé la victime et de ne pas lui avoir fourni de soins médicaux appropriés à rendre des comptes dans le cadre d’un procès équitable », lance Amnesty international dans une déclaration publique. L’organisation note qu’elles ont pris certaines mesures positives pour enquêter sur la mort de cet homme et poursuivi en justice quatre policiers, mais « l’enquête et les poursuites sont entachées d’irrégularités et ne respectent pas les normes internationales. » Pour étayer ses affirmations, l’organisation non gouvernementale internationale fait savoir que « l’enquête a été en partie menée par des policiers rattachés au poste de police où Yassine Chabli a trouvé la mort en garde à vue, ce qui jette un doute sur l’indépendance et l’impartialité de la procédure. » De plus, « les responsables présumés ont été jugés en première instance à Ben Guerir pour de simples faits de violence et de négligence et non de torture », souligne-t-elle.

À lire : Benguerir : enquête sur le décès d’un suspect placé en garde à vue

Amnesty international a tenu à rappeler les faits : « Le 6 octobre, l’hôpital régional de Ben Guerir, ville du sud-est du Maroc, a déclaré que Yassine Chabli, ancien agent de sécurité de la société nationale d’exploitation de phosphate, âgé de 28 ans, était décédé. La veille, il avait été arrêté dans un parc local par des policiers et placé en garde à vue au poste de police de Ben Guerir. » L’organisation assure que les documents en sa possession relatifs à cette affaire « laissent fortement penser que la victime a été torturée en garde à vue et qu’elle est morte des suites d’un manque de soins de la part des autorités. » Et de poursuivre : « Des policiers ont frappé plusieurs fois Yassine Chabli au visage et au corps. Ils l’ont enfermé seul dans une cellule, menotté pendant plus de sept heures, en l’isolant des autres personnes détenues. Ils n’ont pas vérifié l’évolution de l’état de Yassine Chabli pendant plusieurs heures, alors qu’ils l’avaient battu et savaient qu’il se trouvait en état d’ébriété au moment de son arrestation, l’exposant à des risques de santé et négligeant leur devoir de diligence à l’égard d’une personne placée sous leur garde. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enquête - Amnesty international (AI) - Police marocaine - Garde à vue

Aller plus loin

Casablanca : Sept policiers incarcérés après la mort d’un homme en garde à vue

Sept policiers accusés d’avoir brutalisé un homme lors de sa garde à vue ont été incarcérés mercredi sur ordre du procureur du roi près la cour de Casablanca.

Maroc : décès d’un homme en garde à vue à Benguerir

Placé en garde à vue dans une affaire d’ivresse et de possession d’arme blanche, un homme de 31 ans est décédé dimanche matin après son transfert à l’hôpital.

Benguerir : enquête sur le décès d’un suspect placé en garde à vue

La brigade de police judiciaire de Benguerir a ouvert une enquête, suite au décès jeudi d’un homme placé en garde à vue. L’homme est décédé à bord de l’ambulance qui l’emmenait...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Maroc : des sanctions disciplinaires à l’Institut royal de police

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé samedi une série de sanctions disciplinaires et de mesures d’évaluation des performances contre certains policiers de l’Institut royal de police (IRP). Cette annonce fait suite à une enquête...

Dispositif exceptionnel pour le nouvel an au Maroc

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) s’active pour garantir la sécurité des Marocains à l’occasion du nouvel an 2023. D’ores et déjà, il a été procédé à la mise en place d’un dispositif de sécurité spécial.

MRE : Vacances gâchées par des tracasseries administratives

C’est avec un sentiment mêlé de lassitude et de colère que les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vont commencer à débarquer dans les ports marocains dans les prochains jours.

Un beau cadeau de fin d’année pour la police marocaine

Les agents de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), travaillant dans les différentes directions au niveau national, recevront en cette fin d’année, une prime exceptionnelle, octroyée par le directeur général Abdellatif Hammouchi.

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Interpol : les 11 Marocains les plus recherchés de la planète

Onze Marocains sont actuellement recherchés par l’organisation de la police internationale : Interpol. Ces individus, sous le coup de mandats internationaux, sont accusés de crimes et délits graves.

Des soucis avec les bagages à l’aéroport Mohammed V de Casablanca

L’aéroport Mohammed V de Casablanca, en collaboration avec la Royal Air Maroc (RAM) et l’Office national des aéroports (ONDA), vient de créer une équipe spéciale pour améliorer la gestion des bagages en correspondance.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

La police marocaine exemptée de contrôle de vitesse

Le gouvernement s’apprête à adopter un nouveau projet de décret visant à exempter les véhicules de la police, de la gendarmerie et des forces auxiliaires de l’obligation d’installation d’un dispositif de mesure de vitesse.