Maroc : fallait-il ouvrir les frontières ? un expert répond

7 février 2022 - 23h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

La décision du gouvernement d’ouvrir les frontières suscite des inquiétudes, même si elle fait le bonheur des opérateurs touristiques et économiques. La reprise des vols, selon certains, pourrait avoir un impact négatif sur la situation épidémiologique du Maroc.

Le Maroc revient de très loin en termes de vague contamination au Covid-19. C’est la raison pour laquelle la décision d’ouvrir les frontières n’est pas du goût de certains spécialistes des questions sanitaires. C’est le cas du Professeur Mustapha Ennaji, expert en virologie à la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université Hassan II de Casablanca, interrogé par Hespress. Tout en respectant la décision prise par le gouvernement, il souligne que décider de fermer ou d’ouvrir les frontières mérite « discussion et analyse ».

À lire : La France se félicite de la réouverture de l’espace aérien marocain

« Aujourd’hui, la décision de réouverture a été prise. Maintenant, il faut se demander comment peut-on pallier aux risques de cette décision. Là est le deuxième volet de la question. Pour s’y faire, il faut se faire vacciner et respecter les mesures barrières, vu que la courbe épidémiologique est dans une phase descendante. Normalement, le pic que connaît le Maroc va persister encore quelques jours avant de baisser vers le 15 février à fin février, selon les données épidémiologiques dont nous disposons », explique-t-il.

À lire : Réouverture des frontières : voici les recommandations des experts

Toutefois, il reconnait que la décision en elle-même est un soulagement pour les populations psychologiquement touchées par les revers des mesures restrictives. Mais la prudence doit être de mise. « On est conscient que les citoyens sont aujourd’hui fatigués de la pandémie et des mesures qui en découlent. Mais il ne faut pas oublier que le Maroc a beaucoup sacrifié et investi lors de cette crise sanitaire, lui permettant de limiter les dégâts. Il faut donc préserver ses acquis en maintenant le respect des mesures barrières, puisque la pandémie est toujours là et les citoyens doivent en être conscients », a-t-il précisé.

À lire : Réouverture des frontières : voici les conditions d’accès au Maroc

Le Professeur Ennaji estime qu’une telle décision qui pourrait mettre à mal le peu de sécurité sanitaire retrouvée, devrait tenir compte de plusieurs paramètres, notamment celle de l’Organisation mondiale de la Santé. « L’OMS considère toujours le Covid-19 comme une épidémie. Le Maroc, pour le moment, ne peut pas affirmer le contraire et dire que c’est bon on peut considérer le Covid comme une simple grippe. C’est-à-dire que quand la décision sera prise, elle sera basée sur celle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont le Maroc fait partie. Il y a cette thèse, mais la décision sera certainement prise dans ce sens », a-t-il expliqué.

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Covid-19 : vers la fin de la gratuité du vaccin au Maroc ?

Devant l’hésitation de certains Marocains à se faire vacciner, le Professeur Azzedine Ibrahimi, membre du Comité technique et scientifique de lutte contre la pandémie, propose...

Nasser Bourita s’était-il opposé à la réouverture des frontières ?

La décision du gouvernement marocain relative à la réouverture de l’espace aérien dès le 7 février prochain n’aurait pas fait l’unanimité. Nasser Bourita, ministre des Affaires...

Réouverture des frontières : voici les formalités d’entrée au Maroc

Après deux mois de fermeture complète en raison de la flambée de cas de Covid-19, le Maroc rouvre ce lundi son espace aérien aux voyageurs étrangers. Toutefois, il subsiste de...

Réouverture des frontières : s’achemine-t-on vers l’obligation vaccinale au Maroc ?

Pour préserver les acquis de la gestion de la crise sanitaire et rapidement atteindre l’immunité collective, le Maroc pourrait recourir à l’obligation vaccinale, dans le cadre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Le Maroc interdit l’importation de véhicules polluants

Le Maroc poursuit ses efforts visant à réduire l’impact de la pollution sur la santé des citoyens et sur l’environnement. Le ministère du Transport et de la logistique et le département de la Transition énergétique et du développement durable ont pris...

De plus en plus de Marocains souffrent d’obésité

L’obésité est un problème de santé pour bon nombre de Marocains. Selon les statistiques, 25 % des personnes âgées de 45 à 59 ans souffrent d’obésité et 14 % des enfants sont en surpoids.

Variole du singe : mise à jour du plan de riposte au Maroc

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé avoir procédé, une nouvelle fois, à la mise à jour de son plan de riposte contre la variole du singe.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.