Le Maroc déterminé à décarboniser son industrie

26 février 2021 - 11h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Le Maroc, principal partenaire de l’UE, attache de l’importance au projet de taxe carbone aux frontières de l’Europe. Aussi, le royaume déploie-t-il d’énormes moyens pour sa décarbonation et se conformer à ce mécanisme qui implique sa compétitivité.

Adopté récemment par le Parlement européen, le projet de taxe carbone aux frontières de l’Europe est lié à un mécanisme d’ajustement des émissions de carbone aux frontières compatible avec l’OMC, c’est-à–dire qu’une taxe sera appliquée à tous les produits exportés vers l’UE par les pays n’appliquant pas l’Accord de Paris, fait part La vie éco.

Fort de ses prouesses dans les énergies renouvelables, le Maroc affiche son engagement à décarboniser son industrie. Cette politique consiste pour les industriels, à réduire au maximum tous les intrants, au profit de l’usage des énergies renouvelables pour l’électricité et la chaleur. Aussi, l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) intervient-elle désormais dans le développement de la production propre dans l’industrie et la mobilité durable, en se concentrant sur le suivi du secteur industriel marocain dans sa décarbonation.

C’est dans ce cadre que le programme « Tatwir Vert » s’inscrivant dans le cadre du Plan de Relance Industrielle, lancé avec Maroc PME, suggère des subventions pour soutenir les investissements des PME et des TPME. De plus, l’AMEE a apporté son soutien technique pour le renforcement des textes normatifs, via le développement et la définition des limites des exigences de performances énergétiques minimales (MEPS) pour les équipements énergivores exploités dans divers secteurs, surtout dans l’agro-industrie, le transport et le bâtiment.

Toujours dans cette politique de décarbonation, d’autres outils financiers dont la Green Value Chain (GVC) et Green Economy Financial Facility ont été mis en place par les partenaires européens, avec les institutions financières partenaires. De plus, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et ses partenaires ont signé plus de 5 milliards d’euros, comptant plus de 150 institutions financières partenaires dans 27 pays. D’ici fin 2025, la BERD aura financé 360 millions d’euros de lignes de financement vert.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Union européenne - Energie - Environnement - Eolien - Industrie - Energie solaire

Aller plus loin

Maroc : le secteur des énergies renouvelables créera près de 500 000 emplois les 20 prochaines années

Le passage aux sources d’énergies renouvelables au Maroc créera jusqu’à 482 000 emplois les 20 prochaines années. C’est ce que révèle une étude du Forum euroméditerranéen des...

La Méga-centrale solaire de Noor Ouarzazate dessert 2 millions de personnes

Grâce à la méga-centrale solaire de Noor Ouarzazate, près de deux millions de Marocains bénéficient désormais de l’énergie électrique. Cet investissement permettra également...

Vers la production de l’hydrogène vert au Maroc

Après l’énergie électrique, l’énergie solaire et l’éolien, le Maroc veut produire l’hydrogène vert. À ce titre, le royaume, en collaboration avec un institut allemand, compte...

Taxe carbone : Le tournant vert européen ouvre la voie à Tanger Med

La mise en place de la taxe verte européenne, ciblant les émissions polluantes des navires dans les ports du vieux continent, soulève des inquiétudes quant à l’avenir des ports...

Ces articles devraient vous intéresser :

La prolifération des méduses préoccupe le Maroc

Le Maroc va lancer des recherches pour comprendre la prolifération des méduses qui envahissent ses côtes. Une résolution a été prise dans ce sens, visant à assurer la conservation et l’utilisation durable des ressources marines en Méditerranée et en...

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Le soleil marocain va alimenter en énergie 7 millions de familles britanniques

Le Maroc va fournir de l’énergie solaire et éolienne au Royaume-Uni via un câble sous-marin dans le cadre du projet «  Xlinks  » qui devrait impacter à terme 7 millions de familles britanniques.

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Europe en forte croissance

Les exportations marocaines d’habillement vers l’Union européenne (UE) connaissent une forte augmentation.

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Une importante découverte de gaz au Maroc

SDX Energy a annoncé la découverte d’un important gisement de gaz dans le bassin du Gharb, dont l’exploitation contribuera au développement économique de la région.

Zones industrielles militaires : les grands projets du Maroc

Le Maroc s’active pour la mise en place d’une industrie de défense robuste. Il dévoile sa stratégie axée sur la création de zones industrielles.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Un gisement de manganèse de bonne qualité découvert au Maroc

Les tests de laboratoire effectués au niveau des gisements de manganèse au Maroc sont excellents, affirme la société canadienne Elcora, qui a prévu le démarrage de la production avant la fin de cette année.