Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

5 juin 2023 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Kenza Mouloudi, étudiante à l’école Centrale de Casablanca, estime avoir fait le bon choix. « Dans la société marocaine, une femme ingénieure est respectée. Mon expertise sera reconnue, c’est socialement valorisant », explique-t-elle au journal Le Figaro. Comme elle, plusieurs jeunes filles marocaines choisissent d’intégrer les écoles d’ingénieurs du royaume. Selon un rapport de l’Unesco publié en 2021, 42 % de l’effectif de ces écoles est constitué de filles, contre seulement 28 % en France, selon les données de la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs (CDEFI).

Au Maroc, « les meilleurs élèves, filles et garçons, choisissent les classes préparatoires et les écoles d’ingénieurs. La formation est perçue comme le parcours des élites », explique Ghita Lahlou, directrice de l’école Centrale Casablanca où elle a été formée. Pour cette femme d’affaires, les jeunes filles marocaines investissent ces établissements pour « acquérir les outils et la légitimité nécessaires pour s’imposer dans des milieux considérés comme masculins ».

À lire : France : nouvel exploit des Marocains aux concours des écoles d’ingénieurs

Hafssa El Mrchani, étudiante boursière à l’École nationale supérieure d’arts et métiers (ENSAM) de Rabat a reçu le prix de l’élève ingénieure Maghreb 2023, décerné par la CDEFI, au terme d’un concours visant à encourager les jeunes filles à choisir les cursus d’ingénieurs. « Pour y arriver, le soutien de la famille est déterminant. Les mères marocaines sont des battantes, ce sont elles qui encouragent leurs filles à faire des études, à devenir autonomes », estime Hafssa.

« Le niveau dans les matières scientifiques est bon dans les écoles publiques marocaines », analyse Doha Sahraoui, maître de conférences à Université Cadi Ayyad de Marrakech, précisant qu’une fois diplômées, ces femmes devront s’imposer dans des secteurs dits « masculins », comme l’industrie, le génie civil et le bâtiment. Mais c’est sans compter avec « les grossesses et la maternité » qui, selon la chercheuse, « risquent de jouer sur les carrières de ces femmes. Elles risquent de subir potentiellement des pressions familiales ou bien celle de l’employeur ».

Sujets associés : Education - Femme marocaine - Formation

Aller plus loin

Fuite des cerveaux : le Maroc perd 600 ingénieurs par an

L’exode massif des compétences marocaines ne touche pas que le secteur sanitaire. L’ingénierie n’y échappe pas, selon une analyse faite par Hamida Benlemlih, directrice générale...

Le Maroc veut combler son déficit en ingénieurs et techniciens d’ici 2025

Une convention cadre a été signée, mardi à Rabat, pour renforcer la formation d’ingénieurs, de cadres moyens et de techniciens supérieurs dans différents secteurs industriels.

France : nouvel exploit des Marocains aux concours des écoles d’ingénieurs

En France, les étudiants marocains ont une fois de plus montré qu’ils sont des as en mathématiques et en physiques. En témoignent les résultats des concours des meilleures...

Ingénieurs : la France veut faire son marché au Maroc

En raison de la baisse inquiétante du niveau des élèves en mathématiques en France, les écoles d’ingénieurs perdent en effectif. Certains responsables de ces établissements du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.

Pourquoi les Marocaines sont interdites de séjour dans les hôtels ?

Malgré l’inexistence d’une loi, les femmes marocaines seules sont toujours interdites de séjour dans les hôtels du royaume. Le député de l’USFP, Moulay Mehdi Al Fatmi, appelle le gouvernement à mettre fin à cette pratique discriminatoire.