Fuite des cerveaux : le Maroc perd 600 ingénieurs par an

23 septembre 2022 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’exode massif des compétences marocaines ne touche pas que le secteur sanitaire. L’ingénierie n’y échappe pas, selon une analyse faite par Hamida Benlemlih, directrice générale de Developers Institute Maroc.

Plus de 600 ingénieurs en quête de mieux être, quittent annuellement le Maroc. On les retrouve aujourd’hui un peu partout dans le monde, occupant de bons postes avec de meilleures conditions de travail et de vie, et de bonnes perspectives pour leurs enfants. Selon Hamida Benlemlih, les compétences marocaines sont très demandées à l’étranger. Et cela motive davantage le phénomène, rapporte le quotidien Les Inspirations Eco.

À lire : Maghreb : la fuite des cerveaux, un véritable casse-tête

« Bon nombre d’entreprises étrangères sont à l’affût des profils dont regorge le Maroc grâce à la qualité de la formation qui a connu un bond remarquable ces dernières années », écrit l’analyste. Elle souligne que ce sont « des ingénieurs Big Data, ingénieurs web, architectes système ou encore des ingénieurs consultants qui sont interceptés, dès leur parcours académique achevé ».

À lire : Fuite des cerveaux : le mea-culpa de la France et l’accord win-win

Mais pour elle, le Maroc perd des compétences qui auraient pu lui être utiles, surtout avec « la montée en puissance des opérateurs nationaux » dans les domaines technologiques avancés. En plus de cela, le Maroc ambitionne de devenir un pays à la pointe de la technologie et peinent à dénicher ces oiseaux rares. « D’où un précieux temps perdu à recruter, puis à former des profils de valeur qui iront faire le bonheur de concurrents étrangers. L’exode de ces ingénieurs représente aussi une lourde charge financière pour l’État », écrit Hamida Benlemlih.

À lire : Pour limiter la fuite des cerveaux, le Maroc augmente le salaire des médecins

La formation d’un ingénieur coûte au Maroc environ 2,5 millions de dirhams. Et pourtant, certains font le choix d’aller vers d’autres horizons monnayer leur savoir-faire. Il appartient aux autorités marocaines de trouver les moyens et les stratégies de retenir au Maroc ces compétences afin de les inciter à contribuer au développement national.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fuite des cerveaux - Santé - Etude - Recherche

Aller plus loin

Fuite des cerveaux : le mea-culpa de la France et l’accord win-win

600 à 800 ingénieurs IT fuient le Maroc chaque année pour intégrer le marché français du travail. Cet exode est motivé avant tout par la politique attractive de recrutement des...

Maghreb : la fuite des cerveaux, un véritable casse-tête

Le Maghreb est confronté à la fuite des cerveaux. Des milliers de cadres algériens, tunisiens et marocains quittent chaque année leurs pays d’origine à la recherche de l’Eldorado.

Ingénieurs : la France veut faire son marché au Maroc

En raison de la baisse inquiétante du niveau des élèves en mathématiques en France, les écoles d’ingénieurs perdent en effectif. Certains responsables de ces établissements du...

Les futurs médecins marocains veulent quitter le pays

Au Maroc, 71,1 % des étudiants en dernière année ont l’intention de partir à l’étranger, dont 61,6 % sont des femmes. La qualité de la formation et les conditions d’exercice du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Des chercheurs espagnols reconstituent le régime alimentaire d’un vieux macaque découvert au Maroc

Des chercheurs de l’Institut catalan de paléoécologie humaine et d’évolution sociale (IPHES-CERCA) et de l’Université de Barcelone (UB) ont réussi à reconstituer le régime alimentaire et l’habitat d’un macaque vieux de 2,5 millions d’années dont les...

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Une usine géante de batterie bientôt au Maroc ?

Le scientifique marocain Rachid Yazami, inventeur de l’anode graphite pour les batteries au lithium, envisage de créer deux usines destinées à la production de batteries rechargeables au lithium au Maroc.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).