Projet de lois de finances 2022 : voici les secteurs prioritaires

15 août 2021 - 23h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Le projet de lois de finances 2022 (PLF 2022) se base principalement sur la poursuite des actions déjà engagées. Bien que la crise sanitaire ait bouleversé et secoué les finances publiques, la réalisation des objectifs demeure une priorité.

La note de cadrage du PLF-2022 se base principalement sur la relance de l’économie nationale tout en le rendant capable de résister aux nouveaux défis, la promotion de l’intégration économique et sociale des activités informelles, la généralisation de la protection sociale qui a déjà démarré cette année, le renforcement du capital humain et l’amélioration du secteur public à travers un nouveau système de gouvernance. Et les résultats des élections du 8 septembre détermineront les perspectives futures. Pour ce contenu de la note de cadrage qui veut être un « dénominateur commun », une enveloppe budgétaire de 120 MMDH d’investissement dont 45 MMDH du Fonds Mohammed VI pour l’investissement est prévue. Ainsi, en dehors du secteur de la santé, tout projet devant bénéficier d’un soutien étatique doit être en mesure de créer de l’emploi et de créer de la valeur ajoutée, fait part Challenge.

Dans ce sens, l’entrepreneuriat formel sera fortement soutenu. Sans oublier que la réforme du système fiscal permettra à l’État d’avoir une bonne marge de manœuvre budgétaire. En ce qui concerne l’investissement, les infrastructures, les transports publics, la décarbonisation, la formation professionnelle de qualité et autres seront priorisés. De plus, la protection sociale, déjà opérationnelle, sera plus approfondie. Ainsi, en 2022, la phase 2 pour l’intégration de la population couverte par le RAMED débutera, de même que l’installation du registre social unifié qui doit préparer la phase des allocations familiales réservée pour 2023. La note de cadrage envisage aussi de réformer le système de retraite.

Il faut toutefois noter que la note de cadrage prend en compte une idée primordiale du NMD liée à la centralisation du capital humain et met ainsi au premier plan les secteurs de l’éducation et de la santé. Sans pour autant mettre de côté la lutte contre les inégalités sociales. Elle prévoit également des réformes d’intervention directe et indirecte de l’État dont les comptes spéciaux du Trésor. Mais, bien qu’elle demeure une priorité absolue, la question de la lutte contre la corruption n’a pas bénéficié de l’intérêt requis, s’étonne la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Croissance économique - Corruption - Santé - Education - Energie - Développement - Sécurité sociale - Formation - Ramed

Aller plus loin

L’économie marocaine devrait se rétablir dès 2022

L’économie marocaine traverse l’une des crises les plus éprouvantes de son histoire, et va devoir s’engager dans un processus de remise en marche qui prendra de nombreux mois....

Maroc : quel est le budget du palais royal pour 2022 ?

Le budget du palais royal s’élève 543 millions de dirhams, selon le projet de loi de finances 2022 adopté lundi dernier par le gouvernement. Ce même montant était alloué à...

Maroc : le gouvernement acte la fin des subventions du sucre et de la farine

Dès 2023, le sucre en morceaux et la farine de blé tendre verront leurs subventions étatiques complètement supprimées. Cette mesure concerne également le gaz butane, mais se...

Investissements au Maroc 23 projets évalués à 9,74 milliards de DH validés

23 projets de conventions et d’avenants aux conventions d’investissement, d’un coup total de 9,74 milliards de Dirhams (MMDH), ont été examinés et approuvés vendredi par la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

SDX Energy fait une nouvelle découverte de gaz au Maroc

SDX Energy, l’explorateur gazier britannique qui exploite des gisements de gaz naturel dans le bassin du Gharb au Maroc, annonce avoir fait deux découvertes provenant des puits SAK-1 et KSR-20, récemment achevés. Ces découvertes ouvrent la voie à...

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Le Maroc va augmenter la capacité de plusieurs aéroports

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, l’Office national des aéroports (ONDA) a lancé plusieurs projets pour soutenir la croissance de l’activité des aéroports de Marrakech, d’Agadir et de Tanger. À terme, ces travaux...

Maroc : plusieurs aéroports seront rénovés

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, visant à accompagner l’essor du secteur touristique, l’Office national des aéroports (ONDA) va mobiliser un montant de 4 milliards de dirhams en 2023 pour soutenir la croissance de...