Le Maroc s’attaque à l’enrichissement illicite de certains magistrats

21 avril 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le patrimoine des magistrats sera désormais passé à la loupe. C’est entre autres, la mission que s’est assignée Mohamed Abdennabaoui, premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire.

Mohamed Abdennabaoui veut débarrasser le secteur judiciaire des tares et des critiques qui le discréditent. Et cela passe par la lutte contre l’enrichissement illicite de certains magistrats. Pour y arriver, le contrôle rigoureux du patrimoine acquis par les magistrats avant et pendant leur carrière sera contrôlé, explique Assabah qui souligne que le responsable entend œuvrer à ce que tout ce qui entache la réputation du corps de la magistrature au Maroc disparaisse.

À lire : Maroc : les agents d’autorité sommés de déclarer leur patrimoine

Réussir une telle mission demande de mettre en œuvre les procédures prévues par les textes de loi régissant actuellement le corps de la magistrature. Il faudra aussi garantir l’honneur de la magistrature et faire en sorte que la confiance perdue soit retrouvée, de même que son indépendance, sa probité et sa transparence. « Le salut est donc dans la mise en œuvre rigoureuse de la déontologie qui régit le corps de la magistrature, mais aussi le renforcement des règles coercitives et sanctions disciplinaires à l’encontre des magistrats qui commettraient des erreurs professionnelles », précise Abdennabaoui.

À lire :Maroc : L’enrichissement illicite entraînera la confiscation des biens… Et l’arrestation !

Selon le président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, tout magistrat reconnu coupable de graves atteintes à la probité et à la déontologie, sera suspendu. Il a également insisté sur la nécessité de revoir les textes de lois pour que la sanction soit plus sévère. Mais, souligne-t-il, rien ne se fera sans une sensibilisation accrue en direction des magistrats afin de les habituer à l’importance d’agir selon les valeurs déontologiques qui régissent leur corps.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Corruption - Lois - Mohamed Abdennabaoui

Aller plus loin

Maroc : le parquet exige une tenue correcte dans les tribunaux

Les magistrats marocains doivent soigner leur apparence, en portant une tenue officielle correcte. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par le président du ministère...

Enquête pour corruption contre deux magistrats à Tanger

Une enquête a été ordonnée par le ministre de la Justice, Mustapha Ramid, après l’accusation de corruption portées par l’avocat au barreau de Tanger, Abdeslam Bekioui contre...

Corruption : des magistrats marocains épinglés par un audio

Le ministère public a ordonné, samedi, l’ouverture d’une enquête sur des magistrats qui auraient fait preuve d’ingérence dans un dossier en cours. La supposée implication des...

Maroc : les avocats en colère contre des magistrats

Les avocats ont manifesté mercredi dans l’enceinte de la Cour d’appel de Casablanca pour dénoncer l’ingérence dans les affaires du « pouvoir judiciaire et ses décisions »,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.