L’Espagne ne veut pas « faussement mettre fin à la crise » avec le Maroc

15 janvier 2022 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc, ouverte depuis avril avec l’accueil de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño, n’est pas près de connaître son épilogue. Pour le moment, aucune rencontre n’est prévue entre le roi Mohammed VI et Pedro Sanchez pour un dialogue au haut niveau afin d’apaiser les tensions.

« Nous ne voulons pas faussement mettre fin à la crise, comme cela s’est produit à d’autres occasions », a déclaré à El Español, José Manuel Albares, le ministre espagnol des Affaires étrangères, indiquant que pour l’heure, aucune date n’est retenue pour une rencontre de haut niveau entre le président Pedro Sánchez et le roi Mohammed VI en vue d’un rétablissement des relations.

À lire : Maroc-Espagne : déjà cent jours de crise sans issue évidente

L’Espagne attend toujours le retour à son poste de l’ambassadrice du Maroc à Madrid, Karima Benyaich, rappelée à Rabat pour des consultations. Ce retour de l’ambassadrice ou la nomination d’un nouvel ambassadeur du Maroc près l’Espagne, pourrait contribuer à un dégel de la situation, estime José Manuel Albares.

Le chef de la diplomatie espagnole souligne en outre que l’Espagne est disposée à jouer un rôle de médiateur dans la crise entre le Maroc et l’Algérie, mais aucun des deux pays n’a sollicité son intervention. Pour le Maroc, l’Espagne n’est pas un arbitre impartial dans ce conflit, compte tenu de sa position sur le Sahara et des excellentes relations du gouvernement de Pedro Sánchez avec l’Algérie et le Front Polisario.

À lire : Fin du gazoduc Maghreb-Europe : le Maroc serein, l’Espagne en difficulté

L’Espagne subit déjà les conséquences de cette crise. Après la rupture en août de ses relations avec le Maroc, l’Algérie a décidé de fermer en octobre le gazoduc Maghreb-Europe le reliant à l’Espagne via le Maroc. Depuis lors, l’Espagne est contrainte d’importer plus de gaz naturel liquéfié pour éviter toute rupture, malgré les assurances de l’Algérie de continuer à lui fournir du gaz via le Medgaz.

Par ailleurs, «  le risque d’escalade entre l’Algérie et le Maroc est réel », a indiqué l’Institut royal Elcano dans son rapport prévisionnel pour 2022, alertant sur le risque d’ouverture d’« un conflit armé direct entre les deux pays ou avec l’implication du Front Polisario », ce qui menacerait la stabilité de la région.

Sujets associés : Espagne - Algérie - Diplomatie - Sahara Marocain - Gaz

Aller plus loin

Sans le gazoduc avec le Maroc, l’Espagne importe plus de GNL

L’Espagne importe plus de gaz naturel liquéfié que de gaz naturel depuis la fermeture fin octobre du gazoduc Maghreb-Europe.

Maroc-Algérie : risque de conflit armé en 2022, selon des experts espagnols

La crise entre l’Algérie et le Maroc risque de dégénérer en conflit armé cette année, selon les experts espagnols de l’Institut royal Elcano qui indiquent aussi qu’il n’y aura...

Fin du gazoduc Maghreb-Europe : le Maroc serein, l’Espagne en difficulté

L’Espagne se trouve en difficulté suite à la décision algérienne relative au non-renouvellement du contrat sur le gazoduc Maghreb-Europe traversant le Maroc. Ce dernier a déjà...

Pour l’Espagne, la fin de la crise avec le Maroc n’est pas proche

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a déclaré vendredi que la reprise des relations avec le Maroc prendra le temps qu’il faudra et qu’il n’a pas...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le GME alimente à nouveau les centrales de Tahaddart et Ain Béni Mathar

Après plusieurs mois de fermeture du GME, les centrales à cycles combinés de Tahaddart et Ain Béni Mathar ont été de nouveau connectées au réseau grâce au GNL (Gaz naturel liquéfié) importé du marché international.

Gaz : Sound Energy annonce des champs prometteurs au Maroc

La société britannique d’exploration gazière Sound Energy fait des progrès significatifs dans le cadre de la phase 2 de la concession de production de Tendrara et annonce de belles perspectives.

Chariot Oil & Gas va acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe

La société britannique Chariot a annoncé mercredi la signature d’un accord avec l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) pour acheminer le gaz de Larache via le gazoduc Maghreb-Europe (GME).

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Un nouveau champ gazier au Maroc

Le ministère marocain de la Transition énergétique et du développement durable vient d’accorder un nouveau permis pour l’exploitation d’un nouveau champ de gaz naturel à Douar Oulad Belkheir, dans l’ouest du royaume.

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Subventions au gaz et aux produits alimentaires : le coût pour l’Etat marocain en 2022

Les subventions accordées au gaz ont coûté au budget de l’État 22 milliards de dirhams l’année dernière, selon les données fournies par le ministère des Finances.

SDX Energy fait une nouvelle découverte de gaz au Maroc

SDX Energy, l’explorateur gazier britannique qui exploite des gisements de gaz naturel dans le bassin du Gharb au Maroc, annonce avoir fait deux découvertes provenant des puits SAK-1 et KSR-20, récemment achevés. Ces découvertes ouvrent la voie à...

Coup dur pour Sound Energy au Maroc

La société britannique d’exploration gazière Sound Energy exprime des inquiétudes à la suite de la confirmation d’une décision de l’administration fiscale marocaine. Elle redoute un risque de compromission des progrès de ses activités au Maroc.