Exercice militaire conjoint entre forces royales air et l’armée de l’air française

21 mai 2022 - 22h00 - France - Ecrit par : S.A

L’exercice « Échange Air Maroc 2022 » entre les Mirage 2000 de l’armée de l’Air et de l’Espace et les Mirage F1 des Forces Royales Air a démarré lundi 16 mai 2022. Il vise notamment à renforcer la coopération aéronautique militaire entre les deux entités.

« La 3ᵉ escadre de chasse de la BA133 de Nancy est au Maroc dix ans après le dernier exercice de l’armée de l’Air et de l’Espace au Maroc, en décembre 2012 », pour participer à l’exercice militaire conjoint « Échange Air Maroc 2022 » en cours et qui se poursuit jusqu’au 27 mai prochain, indique l’armée de l’Air et de l’Espace dans un communiqué publié sur son site internet. En tout, trois Mirage 2000D ont été déployés dans un détachement qui rassemble près de 80 Aviateurs de diverses spécialités. Il s’agit de pilotes, de navigateurs officiers systèmes d’armes, de mécaniciens, de secrétaires, de commandos, de techniciens informatiques ou encore d’opérateurs renseignement.

À lire : Fin de l’exercice militaire marocco-français « Chergui 2022 »

Déjà, plusieurs entraînements réalisés avec deux vagues de départs par jour pour renforcer l’interopérabilité entre l’aviation de chasse française et marocaine. « Le partage d’expérience est un point clef de cette mission lors des briefings et débriefings organisés au sein des locaux de l’escadre Mirage F1 de la base aérienne de Sidi Slimane. Si l’armée de l’Air et de l’Espace était venue y réaliser une campagne de tir il y a dix ans, il faut remonter à 2003 pour voir évoluer les avions de chasse français et marocains ensemble. Un retour historique », explique l’armée de l’air française.

À lire : Le Maroc et la France en exercices militaires non loin de l’Algérie

L’exercice « Échange Air Maroc 2022 » présente des avantages aussi bien pour les Forces royales Air que pour l’armée de l’air française. Les pilotes marocains saisissent l’occasion pour passer leur qualification de chef de patrouille. « Cela nous permet de voler avec l’avion mythique qu’est le Mirage F1 en développant notre interopérabilité », déclare le commandant Nicolas, directeur de l’exercice français, précisant que les jeunes de l’escadre peuvent ainsi avoir une première approche du milieu africain désertique. « En plus, c’est génial de pouvoir voler avec le Mirage F1 que les Marocains nous ont fait voir de près. Je suis bluffé par le système qui a été modernisé à l’intérieur », ajoute-t-il.

Sujets associés : France - Coopération - Défense - Armement - Forces Royales Air

Aller plus loin

Le Maroc crée un organe de contrôle de l’aviation militaire

Le Maroc a créé, au sein de l’état-major des Forces armées royales (FAR), la Direction de l’aéronautique militaire (DAM). Elle sera en charge entre autres de la formation du...

L’armée marocaine s’entraîne avec d’autres forces en Jordanie

Sous le commandement de l’armée américaine, le Maroc participe à un important exercice militaire annuel en Jordanie.

Exercice militaire conjoint Maroc-France

Le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude et la frégate marocaine Mohamed V se sont essayés à un exercice bilatéral au large des côtes marocaines. Le 12 octobre 2020 a été...

Le Maroc et la France en exercices militaires non loin de l’Algérie

Depuis le 1ᵉʳ mars, les forces armées françaises s’entraînent à Errachidia dans la nouvelle et troisième zone militaire marocaine aux côtés des Forces armées royales (FAR) dans...

Ces articles devraient vous intéresser :

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

L’armée marocaine reçoit de nouveaux hélicoptères

Airbus s’apprête à livrer aux Forces armées royales (FAR) marocaines ses deux premiers H135M destinés à la formation, au transport et au sauvetage.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Le Maroc et Israël renforcent leurs relations commerciales

Le Maroc et Israël ont renforcé leur coopération commerciale, en signant, lundi à Genève, un accord sur la propriété intellectuelle. Une nouvelle étape dans les relations bilatérales entre les deux pays, normalisées il y a 18 mois.

Des hélicoptères H135 d’Airbus pour les Forces Royales Air marocaines

Le Maroc a commandé des hélicoptères H135 d’Airbus auprès du constructeur aéronautique européen, Airbus. De quoi moderniser et renforcer sa flotte d’hélicoptères militaires.

Le Maroc crée un organe de contrôle de l’aviation militaire

Le Maroc a créé, au sein de l’état-major des Forces armées royales (FAR), la Direction de l’aéronautique militaire (DAM). Elle sera en charge entre autres de la formation du personnel des Forces royales air et des autorisations de vols militaires.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Le Maroc participera à un tournoi de lutte en Israël

L’équipe marocaine de lutte prendra part en Israël au tournoi de Beer Sheva, prévu les 25 et 26 août prochain. Une participation qui matérialise le dynamisme de la coopération sportive entre les deux pays.

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.