Flux financiers illicites : le Maroc perd un lourd tribut

6 octobre 2020 - 20h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Les flux financiers illicites sortant du Maroc ont atteint près de 16,6 milliards de dollars, soit 155 milliards de dirhams marocains entre 2013– 2014. C’est ce qui ressort de la déclaration d’un rapport des Nations-Unies publiée cette semaine et relative au continent africain.

Le rapport de la Conférence des Nations-Unis sur le commerce et le développement (CNUCED), a révélé que le continent africain perd environ 88,6 milliards de dollars par an à cause de la contrebande illégale de fonds et d’actifs. Ce qui représente 3,7% du produit intérieur brut.

Le problème de la fuite des capitaux n’est pas récent en Afrique. Plusieurs pays présentent en effet, des écarts chroniques entre épargne et investissement. En plus, l’Afrique constitue une source de volumes non négligeable en matières de sorties des capitaux non enregistrés ou de fuite de capitaux incluant toutes les formes de flux financiers illicites sortant du continent.

Les mouvements transfrontaliers de fonds et d’actifs, la source, le transfert ou leur utilisation illégale à travers de pratiques fiscales et commerciales illégales constituent les flux financiers, selon le rapport. Ces flux financiers illicites volent d’ailleurs le potentiel de l’Afrique et de sa population, et mettent en doute la confiance des institutions africaines, a déclaré Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED.

Entre 2000 et 2015, le total des flux financiers illicites perdus par l’Afrique avait augmenté et atteint 836 milliards de dollars. Ce qui dépasse la dette extérieure du continent qui s’élevait à 770 milliards de dollars en 2018. Ce phénomène draine en effet, les capitaux et les revenus sur le continent africain, affirme la CNUCED. Dans le même temps, la lutte contre ces pratiques pourrait être profitable pour le continent à l’horizon 2030.

Pour rappel, la lutte contre les flux financiers illicites nécessite une action internationale. La coopération fiscale internationale et les mesures anti-corruption restent les solutions les plus importantes pour la lutte contre ce fléau, et surtout, en renforçant les capacités des autorités fiscales et douanières des pays en développement, selon une étude de l’ONU, précise Hespress.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Faillite - Afrique - Evasion fiscale

Aller plus loin

Le Maroc devrait sortir définitivement de la liste grise de l’UE

Dans quelques semaines, l’Union européenne va procéder à une mise à jour de sa liste grise des systèmes financier et fiscal dans laquelle figure le Maroc. A Rabat où on...

Maroc : forte chute des investissements étrangers

Le flux des investissements directs étrangers (IDE) au Maroc enregistré à la fin de juillet 2020 a connu un repli de 21,5% par rapport à l’année dernière. Selon l’office des...

Lutte contre la corruption : le secteur financier marocain se mobilise

Le secteur financier marocain veut jouer son rôle dans la lutte contre la corruption. Les principaux acteurs se sont rencontrés pour définir les actions à mener durant cette année.

Blanchiment de capitaux : le Maroc veut à tout prix éviter la liste noire du GAFI

Le Maroc pourrait tomber dans la liste noire du Groupe d’action financière (GAFI), risquant ainsi une dégradation de sa notation. Conscient de cette situation, le ministre de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Traque aux fraudeurs : les influenceurs marocains dans le collimateur du fisc

La direction générale des impôts (DGI) vient d’adresser une mise en demeure aux influenceurs possédant des biens ou recevant de l’argent de l’étranger, les invitant à les déclarer et à payer l’impôt correspondant.

TVA : la fraude qui coûte très cher au Maroc

La fraude à la TVA coûte chaque année entre 1 et 1,2 milliard de dirhams à l’État, a révélé Younes Idrissi Kaitouni, le directeur général des Impôts (DGI), lors de la présentation de son plan stratégique pour la période 2024-2028.

Le fisc marocain trouve une nouvelle méthode pour traquer les mauvais contribuables

Le fisc marocain affiche sa détermination à lutter contre l’évasion fiscale. Il a trouvé une nouvelle méthode pour traquer les fraudeurs et mauvais contribuables.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Évasion fiscale au Maroc : Seuls 2% des contribuables paient 80% de la TVA

La plupart des contribuables marocains ne paient pas leurs impôts, générant un manque à gagner important, de l’ordre d’un milliard de dirhams, à l’État marocain.

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Maroc : des sociétés écrans créées pour échapper au fisc

La Direction générale des impôts a découvert que plusieurs sociétés installées dans les provinces du sud, créent des « sociétés écran » pour exercer leurs activités commerciales en dehors de cette région. Une évasion fiscale qui ne dit pas son nom.

La majorité des avocats marocains ne payent pas d’impôts

Face à la polémique liée à l’imposition des avocats, annoncée dans le PLF 2023, le gouvernement a dévoilé des chiffres inquiétants sur l’évasion fiscale constatée au sein de cette profession libérale.