Blanchiment de capitaux : le Maroc veut à tout prix éviter la liste noire du GAFI

23 avril 2020 - 12h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Le Maroc pourrait tomber dans la liste noire du Groupe d’action financière (GAFI), risquant ainsi une dégradation de sa notation. Conscient de cette situation, le ministre de la Justice affirme qu’il est urgent d’adopter le projet de loi n°12-18 modifiant et complétant le code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Devant la Commission de Justice, de législation et droits de l’homme à la première Chambre, mercredi 22 avril, le ministre de la Justice a présenté deux projets de loi, dont celui n°12-18 modifiant et complétant le code pénal et la loi n°43.05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux. Mohamed Ben Abdelkader a insisté sur l’urgence qui entoure l’adoption de ce projet de loi. Ceci permettra au Maroc de respecter ses engagements internationaux d’une part et d’éviter la liste grise ou noire du Groupe d’action financière (GAFI), d’autre part.

En avril dernier, le GAFI avait élaboré un rapport d’évaluation sur le Maroc. Il avait évalué les dispositifs de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LBC/FT) du royaume. Le groupe avait formulé quelques recommandations que le pays devra mettre en œuvre avant le prochain rapport d’évaluation.

L’adoption du projet de loi°12.18 permettra de mettre en œuvre quelques-unes des recommandations figurant dans ledit rapport. Ceci, en vue de mettre à niveau le cadre réglementaire marocain sur cette question qui lie étroitement la lutte contre le blanchiment des capitaux à celle contre le financement du terrorisme.

Lors de la présentation des principaux apports dudit projet, le ministre de la Justice a évoqué la création d’une institution nationale du renseignement financier ainsi que la mise en place d’un mécanisme juridique pour l’application des sanctions édictées par le Conseil de sécurité des Nations-Unies en matière de crimes financiers, de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme. Le projet de loi renforcera le dispositif national de LBCT/FT et du renseignement financier, fait savoir EcoActu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de la Justice et des Libertés - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Maroc : le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ont un guide

Un guide pratique relatif à la lutte contre le blanchiment des capitaux (BC) et le financement du terrorisme (FT) a été présenté, mercredi 4 décembre 2019, par l’Autorité...

Paradis fiscaux : le Maroc sortira-il définitivement de la liste grise de l’UE ?

L’approbation du projet de décret-loi, portant réorganisation de CFC est la dernière marche franchie par le Maroc pour une sortie effective de la liste grise de l’UE des paradis...

Contrôle financier : les États-Unis enquêtent sur le Maroc

Le Maroc est une zone grise du contrôle des flux financiers. C’est ce que révèle l’enquête Fincen Files basée sur des documents secrets reçus par le média américain BuzzFeed News.

Office des changes : création d’une plateforme contre le blanchiment d’argent

L’Office des changes vient d’annoncer la création de la rubrique baptisée « Change manuel et LBC/FT » sur son portail internet, en vue de lutter contre le blanchiment de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Un MRE impliqué dans une vaste affaire de blanchiment d’argent

Aidée par l’Autorité Nationale du Renseignement Financier (ANRF), une banque a réussi à démasquer un blanchiment d’argent à la suite d’un virement depuis l’île de Nauru, un paradis fiscal très réputé situé dans le Pacifique. Le bénéficiaire est un...

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère du ministre de la Justice, Adellatif Ouahbi.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.