Le Maroc en passe de devenir le hub digital de l’Afrique

28 mars 2021 - 15h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Le Maroc renferme un grand potentiel pouvant faire de lui le carrefour digital du continent, pourvu que le gouvernement mette en place des politiques adéquates au changement. Ludovic Subran, chef économiste Allianz SE, apporte quelques clarifications sur l’industrie 4.0.

Le plan national Maroc Numéric 2020 qui met le changement numérique au centre des préoccupations et des organes de gouvernance du Maroc s’inscrit dans sa stratégie de digitalisation qui lui a valu depuis plusieurs années des classements mondiaux de Doing Business, fait savoir Eco actu, précisant que dans l’indice de développement de l’e-gouvernement (EDGI) des Nations Unies, le Maroc a gagné 4 places en 2020.

Ainsi, avec le démarrage de la quatrième révolution industrielle, le royaume renforce sa transformation numérique digitalisée, fait savoir Ludovic Subran, marquant sa certitude que le Maroc a des potentiels pouvant faire de lui le hub digital de la zone.

« Doté d’une stabilité politique et d’infrastructures plutôt avancées, le pays nord-africain abrite déjà les sièges régionaux de plusieurs multinationales, en particulier du secteur automobile, agroalimentaire et bancaire », a-t-il indiqué, précisant qu’ « en outre, le pays jouit d’un avantage démographique fort, de par sa population jeune et son taux de dépendance des personnes âgées (i.e. le rapport entre la population âgée de 65 ans et plus et la population active) à 52 %, sachant que ce taux est au-dessus de 60 % en France et dans la plupart des pays avancés ». Avec un fort taux de connectivité (69 % de sa population dispose d’Internet), le Maroc est le 3ᵉ des pays africains les plus connectés.

Également sur le plan digital, le gouvernement marocain a pris des mesures visant à « améliorer la productivité de l’appareil industriel. Sans oublier que l’Agence pour le développement du digital (ADD) a été créée en 2017 pour soutenir le Maroc sur trois volets », a rappelé Subran, déduisant que « ces facteurs concourent à positionner le Maroc comme le pays hub du secteur numérique sur le continent ».

Toutefois, le Maroc devrait éviter coûte que coûte certains obstacles, afin de faciliter l’introduction de la digitalisation dans le tissu économique. Ainsi, avec les contraintes numériques du monde d’après Covid, la quatrième révolution industrielle est une nécessité pour le royaume. De plus, « au vu de son positionnement par rapport à la moyenne mondiale, ces scores pourraient donner lieu à un sentiment mitigé de la percée digitale du pays », déclare l’économiste en chef du groupe Allianz.

Néanmoins, le Maroc qui jusque-là, caracole en tête des pays africains les plus prometteurs, est en passe de devenir le hub digital de la région.

Sujets associés : Croissance économique - Automobile - Agriculture - Informatique - Alimentation - Internet

Aller plus loin

Les voitures Sandero quittent la Roumanie pour le Maroc

Le Maroc va produire la 3ème génération des voitures Sandero du groupe Renault, exclusivement fabriquée en Roumanie.

Peugeot délocalise la production des 208 Allure au Maroc

Le constructeur Peugeot a décidé de délocaliser la production des 208 Allure au Maroc, afin de répondre à une forte demande. La vente de cette voiture connaît un énorme succès.

Grâce aux technologies numériques, le Maroc a mieux géré la pandémie (Rapport)

Grâce aux technologies numériques, le Maroc a su mieux gérer la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19. C’est ce que révèle une enquête réalisée par le cabinet Oxford...

Outsourcing : le Maroc attire quatre nouveaux investisseurs

Malgré la crise que traverse le monde actuellement, le Maroc garde la côte en matière d’investissements étrangers. La preuve, c’est la signature la semaine dernière à Casablanca...

Ces articles devraient vous intéresser :

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Pastèque et sécheresse : le casse-tête marocain

Faut-il continuer à produire de la pastèque rouge qui nécessite une importante quantité d’eau et épuise les sols, alors que le Maroc connaît la pire sécheresse depuis quatre décennies ? La question divise les producteurs, exportateurs et...

La sécheresse pousse le Maroc à multiplier ses achats de blé sur le marché mondial

Le Maroc maintient son système de restitution à l’importation du blé tendre au profit des opérateurs. Une importante quantité de cette céréale sera bientôt commandée.

Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région...

Du nouveau pour l’usine géante de batteries au Maroc

Le gouvernement marocain vient de signer un mémorandum d’entente avec le groupe sino-européen Gotion High-Tech pour la réalisation d’un projet de mise en place d’un écosystème industriel de production de batteries pour véhicules électriques et de...

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.