Le Figaro expose les efforts du royaume dans la lutte contre le djihadisme

10 janvier 2021 - 07h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

L’engagement de l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams et des mourchidates, était au cœur de la parution de ce vendredi 8 janvier du Figaro. Jean-Marc Gonin, l’envoyé spécial du journal, inscrit cela au titre des efforts du Maroc en matière de lutte contre le djihadisme.

Vu les doctrines radicales auxquelles le Maroc a été soumis, et suite aux attentats de Casablanca en 2003 et de Marrakech en 2011, le Maroc a décidé de mettre fin à ces écoles religieuses venues d’ailleurs. Une démarche dans laquelle Ahmed Toufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, a joué un rôle important en menant à bien, sous la direction de Mohammed VI, ce qu’il appelle « le retour à la tradition », explique l’envoyé spécial du Figaro.

Ce « retour à la tradition », est passé par une « mainmise » sur les mosquées et la formation bien encadrée des imams et la fondation de l’Institut Mohammed VI qui accueille depuis cinq ans, des jeunes marocains, français et des étudiants venus d’Afrique subsaharienne. Loin du classique apprentissage par cœur du Coran que proposent les écoles coraniques, l’Institut dispose d’une « vaste » bibliothèque qui « porte témoignage de la diversité et de la qualité des enseignements dispensés ».

« Aujourd’hui, nous gardons le contrôle pour éviter le désordre », a souligné Ahmed Toufiq. « Une tutelle de facto est imposée aux 52 000 mosquées du pays. Et chaque nouveau projet d’édifice religieux est radiographié par les services du ministère des Affaires islamiques ». De plus, les autorités marocaines ont lancé en 2004, la Radio Mohammed VI du Saint Coran « pour contrer l’offensive salafiste diffusée par des chaînes de télévision par satellite ».

Même si des difficultés sont souvent rencontrées en ce qui concerne la « déradicalisation » des terroristes emprisonnés, à en croire un dirigeant du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), de bons résultats sont enregistrés. L’envoyé spécial du Figaro a pu rencontrer deux « repentis », Mohammed Tamir, 48 ans, et Abdellah Jusufi, âgé de 21 ans, tous deux ayant appartenu auparavant à des groupes terroristes. Aujourd’hui, ils affirment que leur vie a changé, grâce au programme « Mosalaha » (la réconciliation, en arabe) basé sur trois axes, à savoir : se réconcilier avec soi-même, avec le texte religieux et avec la société.

Sujets associés : Terrorisme - Religion - Livres - Intégration - Radio - Prison - Islam

Aller plus loin

Molenbeek, au cœur de la radicalisation du djihadisme français ?

Le chercheur français, Hugo Micheron vient de publier un ouvrage sur le djihadisme français. Ce livre retrace le rôle joué par Molenbeek, une commune où se trouve de nombreux...

Le jeu dangereux des salafistes marocains

Après avoir déclaré que le "coronavirus était une punition divine", les salafistes reviennent à la charge par le biais de leur porte-parole, Hassan Kettani. Selon lui, "les...

Espagne : trois frères marocains ayant financé le Daech risquent de lourdes peines

Le tribunal national jugera, mardi prochain, trois frères d’origine marocaine pour avoir prétendument financé le Daesh. Ils encourent une peine pouvant aller jusqu’à 7 ans de...

Le Maroc ne veut pas accueillir la « veuve noire » du djihadisme, Malika El Aroud

Le Maroc refuse de coopérer dans l’extradition de MAlika El Aroud, celle qui est surnommée « la veuve noire » du djihadisme. L’annonce a été faite, lundi par Sammy Mahdi le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire la date de début du mois de ramadan 2023 au Maroc.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Maroc : un roman sur l’homosexualité censuré, devient un best-seller

Le livre de l’écrivaine marocaine Fatima Ezzahra Amezgar, « Journal d’une lesbienne », a été retiré du Salon international du livre et de l’édition qui s’est tenu en juin à Rabat au Maroc, un pays où l’homosexualité n’est pas tolérée. La nouvelle a...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...