Le Maroc peut-il résoudre la crise énergétique de l’Europe ?

9 mai 2023 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc ambitionne de produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 pour en exporter une grande partie vers l’Europe par le biais de câbles sous-marins. Va-t-il prioriser l’exportation au détriment de la satisfaction de la demande locale ?

Avec des projets ambitieux comme le complexe solaire Noor-Ouarzazate, le projet de construction du plus long câble sous-marin au monde (3 800 km) devant relier le Maroc et le Royaume-Uni… Le royaume rêve grand pour les énergies renouvelables. Quitte à envisager exporter de l’énergie vers l’Europe pour aider celle-ci à sortir de la crise énergétique qu’elle traverse. « Je pense que le Maroc représente la meilleure occasion de sortir le continent européen de la dépendance qu’il a aujourd’hui à l’égard du gaz russem », déclare à la BBC Moundir Zniber, entrepreneur marocain dans le secteur de l’énergie, patron de Gaia Energy, l’un des chefs de file de la révolution des énergies renouvelables au Maroc. Selon ses explications, le royaume dispose de l’une des meilleures ressources solaires et éoliennes au monde ». « En ce qui concerne l’hydrogène vert, notre société développe six projets qui pourraient répondre à 25 % des besoins de l’UE », ajoute-t-il.

À lire : Énergies renouvelables : le Maroc veut fournir l’Europe d’ici 2030

Mais est-il judicieux d’exporter de l’électricité verte avant que tous les besoins du Maroc ne soient satisfaits par les énergies renouvelables ? La “priorité” est que les Marocains aient accès à l’énergie verte « la moins chère », répond Leila Benali, ministre marocaine de la Transition énergétique et du Développement durable, interrogée sur la question. Selon elle, il est également nécessaire de profiter de « l’opportunité historique » de s’intégrer au marché européen de l’énergie, car de telles opportunités pourraient être une incitation à l’investissement privé, qui fait cruellement défaut. Moez Cherif, de la Banque mondiale, estime pour sa part que le Maroc devrait à la fois augmenter ses exportations d’énergie renouvelable et en produire davantage pour sa consommation intérieure. « L’idéal serait de faire les deux », dit-il. Hajar Khalmichi, activiste du changement climatique et membre du Mediterranean Youth Climate Network, ne partage pas ces points de vue. Son souhait, dira-t-elle, c’est de voir le Maroc satisfaire tous ses besoins énergétiques nationaux grâce aux énergies renouvelables avant de songer à l’exportation.

À lire : Le Maroc, nouveau leader mondial des énergies renouvelables ?

Selon elle, l’ambition du Maroc de produire 52 % d’électricité à partir des énergies renouvelables ne progresse pas. De plus, il n’y a pas eu assez de discussions sur la provenance du reste, alors qu’il tente de réduire sa dépendance à l’égard de ses centrales électriques (gaz, pétrole et charbon).

Sujets associés : Exportations - Energie solaire - Parc solaire Noor Ouarzazate

Aller plus loin

Énergies renouvelables : le Maroc veut fournir l’Europe d’ici 2030

Le Maroc ambitionne d’atteindre l’autonomie énergétique avec la production des énergies renouvelables d’ici 2030 et de vendre l’énergie surproduite à l’Europe qui est à la...

Le soleil marocain va alimenter en énergie 7 millions de familles britanniques

Le Maroc va fournir de l’énergie solaire et éolienne au Royaume-Uni via un câble sous-marin dans le cadre du projet «  Xlinks  » qui devrait impacter à terme 7 millions de...

Le Maroc, numéro 1 mondial des énergies renouvelables

Le Maroc est le numéro 1 mondial des énergies renouvelables selon le dernier classement du rapport biannuel de l’indice RECAI (Renewable Energy Country Attractiveness Index).

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc a déjà investi 25 millions d’euros dans l’exploration pétrolière cette année

Le Maroc, à travers l’Office national marocain des hydrocarbures (ONHYM), a investi, entre janvier et septembre, 275 millions de dirhams (25 millions d’euros) dans l’exploration pétrolière.

Maroc : importations en hausse, les exportations en baisse

Au premier semestre de l’année, les importations marocaines ont atteint 365,5 MMDH, en progression de 44,2% par rapport à la même période en 2021. En revanche, les exportations ont montré des signes de ralentissement s’établissant à 215 MMDH contre...

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Découverte au Maroc d’une nouvelle source d’énergie propre

En valorisant les déchets de l’huile d’olives, des chercheurs marocains ont réussi à produire un carburant propre. Un progrès significatif pour le Maroc qui entend porter sa capacité de production d’énergies renouvelables à 52 % du mix énergétique...

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.