Le Maroc, nouveau refuge des investissements chinois face aux sanctions US

4 juillet 2024 - 07h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La Chine multiplie ses investissements au Maroc pour contourner les États-Unis qui ont adopté de nouvelles subventions destinées à stimuler la production nationale de véhicules électriques et à réduire la domination de Pékin sur la chaîne d’approvisionnement.

Les fabricants chinois se ruent vers le Maroc. Ils sont huit à avoir annoncé des projets d’implantation de nouvelles usines pour fabriquer des pièces pour véhicules électriques près de Tanger et dans les parcs industriels près de l’océan Atlantique, qui pourraient donner droit à des crédits de 7 500 $ pour les acheteurs de voitures aux États-Unis, rapporte Associated Press. Ils comptent étendre ses investissements à d’autres pays qui partagent des accords de libre-échange avec les États-Unis, notamment la Corée du Sud et le Mexique. Cette stratégie chinoise est mise en place depuis la promulgation par le président Joe Biden de l’Inflation Reduction Act, la loi américaine de 430 milliards de dollars conçue pour lutter contre le changement climatique. « En déplaçant leurs opérations vers des partenaires commerciaux américains comme le Maroc, les acteurs chinois qui dominent depuis longtemps la chaîne d’approvisionnement des batteries cherchent un moyen de tirer profit de la demande croissante des constructeurs automobiles américains comme Tesla et General Motors », a déclaré Kevin Shang, analyste senior des batteries au cabinet de conseil Wood Mackenzie.

À lire :Tanger Med : deux géants chinois pour l’industrie automobile

Depuis mai, les États-Unis et l’Union européenne (UE) ont tous deux imposé de nouveaux droits de douane importants sur les importations de véhicules chinois. Le même mois, les États-Unis ont également finalisé les règles d’éligibilité régissant les crédits d’impôt en mai. Ces derniers limitent les entreprises ayant des liens avec des adversaires américains, mais donnent aux constructeurs automobiles le temps de réduire leur dépendance à la Chine, fait-on savoir. Pour avoir droit aux subventions, les constructeurs automobiles ne peuvent pas s’approvisionner en minéraux critiques ou en pièces de batterie auprès de fabricants dans lesquels la Chine et d’autres « entités étrangères préoccupantes » contrôlent plus de 25 % de l’entreprise ou de son conseil d’administration. Aux yeux de certains observateurs, ces règles constituent un « cadeau » à la Chine et elles vont étendre sa domination sur les véhicules électriques. Selon l’administration Biden, ces règles ouvrent la voie à des milliards d’investissements dans la fabrication de véhicules électriques aux États-Unis.

À lire :Batteries : Le Maroc au cœur de la stratégie chinoise pour l’Europe

« Ces règles ont conduit les producteurs chinois à accroître leurs investissements dans les pays avec lesquels les États-Unis ont conclu des accords de libre-échange, à savoir la Corée du Sud et le Maroc, pour contourner certaines barrières de l’IRA », a déclaré le cabinet d’études politiques Rhodium Group dans un rapport publié plus tôt cette année. Parmi ces entreprises chinoises figurent CNGR, l’un des plus grands producteurs chinois de cathodes de batterie, qui a annoncé en septembre dernier un plan de 2 milliards de dollars pour construire une « base dans le monde et la région panatlantique » dans une coentreprise avec le groupe d’investissement de la famille royale marocaine, Al Mada, et Gotion High-Tech, l’entreprise sino-allemande qui a signé l’année dernière un accord avec le Maroc pour un investissement de 6,4 milliards de dollars afin de construire la première usine de batteries pour véhicules électriques d’Afrique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Chine - Pékin - États-Unis - Automobile - Investissement

Aller plus loin

Un géant chinois de l’automobile à la conquête du marché marocain

La marque automobile chinoise Lynk & Co part à la conquête du marché marocain. À Marrakech, elle a noué un partenariat avec LK Automotive Maroc, la nouvelle entité affiliée...

Stellantis mise sur le Maroc face à la concurrence chinoise

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, a déclaré que le manque d’aide « intérieure » en Espagne et la rude concurrence de la Chine obligent à investir hors de l’Europe et notamment...

Batteries : Le Maroc au cœur de la stratégie chinoise pour l’Europe

La Chine construit une chaîne d’approvisionnement stratégique en batteries au Maroc, afin d’aider l’Europe qui éprouve des difficultés à développer sa propre industrie.

Tanger Med : deux géants chinois pour l’industrie automobile

Des géants chinois de l’industrie de batteries automobiles vont mettre en œuvre deux projets industriels d’envergure à la Cité Mohammed VI Tanger Tech. Des accords ont été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Quelles voitures possède Hakim Ziyech ?

Passionné de football, Hakim Ziyech est également un féru des voitures de luxe. Il ne s’en prive pas lorsque l’opportunité s’offre à lui de s’en procurer.

La production de voitures électriques «  assèche  » le Maroc

La production des métaux nécessaires à la fabrication des batteries ou moteurs des voitures électriques exige beaucoup d’eau. Une ressource qui se raréfie de jour en jour dans des pays comme le Maroc, déjà frappé par une sécheresse sévère.

Dacia et Renault défient la baisse des ventes de voitures au Maroc

La vente de véhicules neufs a atteint 64 025 unités à la fin de mai, en baisse de 4,45 % par rapport à la même période de l’année précédente, selon les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

Le Maroc, nouvel eldorado des batteries de voiture électrique ?

Le Maroc se donne les moyens pour devenir le prochain hub pour la batterie électrique. Il mise également sur l’expertise de Rachid Yazami, le scientifique marocain qui a inventé l’anode graphite pour les batteries lithium-ion.

Maroc : les voitures de plus en plus chères !

Les Marocains paieront plus cher les voitures neuves en raison de l’obligation de respecter les normes « Euro 6 » pour l’homologation et l’immatriculation. Les professionnels du secteur appellent Mohamed Abdeljalil, ministre des Transports et de la...

Maroc : Coup de frein à la voiture électrique, voici pourquoi

Le ministère marocain de l’Agriculture a décidé de surseoir à son projet d’acquisition de véhicules électriques en raison de l’insuffisance de bornes de recharge dans le royaume.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Dacia, leader du marché automobile marocain, Renault et Hyundai en embuscade

Le marché automobile marocain a connu un début d’année 2024 en demi-teinte, avec une croissance encourageante en janvier suivie d’une baisse inattendue en février.

Le Palace de La Mamounia change de mains

Le géant mondial du phosphate, OCP, est devenu l’actionnaire majoritaire de l’hôtel La Mamounia à la suite de la cession par l’État de sa part dans l’établissement. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la politique de désinvestissement des actifs...