Maroc : retour du couvre-feu

20 juillet 2021 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Les Marocains doivent s’armer davantage de patience pour faire face à la série de mesures que compte prendre le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie du nouveau Coronavirus (Covid-19). Ainsi à compter du 23 juillet, de 23h à 4h30, les déplacements sont interdits, sauf en cas d’extrême urgence et nécessité.

Ces nouvelles mesures qui portent sur l’interdiction des déplacements nocturnes à travers tout le Royaume de 23h à 04h30, à l’exception des personnes exerçant dans les secteurs et activités vitaux et essentiels et celles représentant des cas médicaux urgents, ont été prises sur recommandations du Comité technique et scientifique compte tenu de la hausse inquiétante du nombre des contaminations et des décès enregistrés ces derniers jours, indique lundi un communiqué du gouvernement.

À lire : Covid-19 au Maroc : Ces failles qui expliquent la flambée des contaminations

Le but est, affirme-t-on, de préserver la santé des citoyens. Les déplacements entre les préfectures et provinces sont conditionnés à la présentation du passeport vaccinal ou d’une autorisation administrative de déplacement délivrée par les autorités territoriales compétentes. Les fêtes et réjouissances de mariage sont interdites. Les obsèques ne doivent pas rassembler plus de 10 personnes.

À lire : Flambée des cas de Covid-19 : El Othmani décrit une situation « inquiétante »

Le gouvernement appelle également les cafés et restaurants, les transports publics et les piscines publiques à un maximum 50 % de leur capacité d’accueil. Les rassemblements et les activités dans les espaces ouverts ne doivent pas dépasser 50 personnes, avec l’obligation de disposer d’une autorisation délivrée par les autorités locales en cas de dépassement de ce nombre, ajoute le communiqué.

À lire : Covid 19 : l’OMS craint de nouveaux variants « possiblement plus dangereux »

Face à l’apparition récurrente de nouveaux variants dans le Royaume, le gouvernement note que la situation exige le strict respect de toutes les mesures de prévention adoptées, de même que les gestes barrières, dont la distanciation physique, les règles d’hygiène et le port obligatoire du masque. C’est une question de santé publique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Gouvernement marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Covid-19 : le Maroc de retour à un confinement partiel, voire total ?

Des restrictions sont de nouveau de rigueur dans certaines régions du Maroc en vue de limiter la mobilité entre les villes. C’est la décision des autorités face à la...

Covid-19 : le Maroc pourrait dépasser les 50 décès par jour au mois d’août

Le taux de reproduction au Covid-19 augmente de jour en jour au Maroc. La menace du variant Delta est imminente, selon les ministères de la Santé et de l’intérieur. Pour éviter...

Tanger : un médecin poursuivi pour avoir percuté un policier au niveau d’un barrage de contrôle

La police judiciaire de Tanger a déféré un médecin devant le procureur général du roi près la cour d’appel. Il est poursuivi pour avoir percuté volontairement un agent de...

Recrudescence Covid-19 : le gouvernement marocain exhorte au strict respect des dispositions restrictives

La recrudescence des cas positifs au Covid-19 au Maroc durant les deux dernières semaines préoccupe le ministère de la Santé. Aussi, appelle-t-il à plus de vigilance et à un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Malade, Aïcha Mahmah expulsée par une clinique

Grâce à l’intervention du ministère de la Culture, de la Jeunesse et de la Communication, l’actrice marocaine Aïcha Mahmah a été admise à l’hôpital mardi pour recevoir un traitement et subir une opération.

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.