Le Maroc est « prêt à sacrifier froidement sa jeunesse », selon Le Monde

24 mai 2021 - 08h20 - Espagne - Ecrit par : J.D

Les relations surchauffées entre Madrid et Rabat vont permettre, de façon irréversible, de sortir le Maroc des clichés sous lesquels il apparaît aux yeux de l’Espagne et même de l’Europe toute entière. C’est l’avis du quotidien français Le Monde qui analyse la question migratoire sous différents angles aussi bien diplomatique que géopolitique.

Pour Le Monde, tout porte à confirmer que l’afflux subi de près 8000 Marocains dans l’enclave espagnole en moins de 72 heures, a été planifié par les autorités marocaines. Selon la publication, cet épisode de la crise diplomatique entre les deux pays va marquer pour bien longtemps encore, Madrid mais aussi l’Europe. Ceci en dépit du fait que plus de 5600 des Migrants ont été rapatriés vers leur pays, la carte jouée par le Maroc aura blessé profondément Madrid par-delà, Bruxelles. En effet, l’arme migratoire utilisée par Rabat rappelle à l’Europe, la stratégie du Turc Recep Tayip Erdogan et de l’ex-Guide Lybien, Mohamed Kadhaffi. Ils « n’ont pas hésité à jouer de l’arme migratoire en Méditerranée pour faire pression sur l’Europe », rappelle l’éditorialiste avant d’avertir que « l’attitude de Rabat constitue un fâcheux précédent ».

Analysant la question sous le prisme diplomatique, le journal rappelle que Rabat avait promis que la décision unilatérale de l’Espagne de recevoir en catimini Brahim Ghali, chef du Polisario, aura des conséquences. Et la réponse promise par Rabat se révèle être «  la vague migratoire orchestrée vers Ceuta  ».

Pour le journal, le royaume du Maroc n’a pas hésité à agir ainsi, car il se sent assuré par son succès diplomatique sur la question du Sahara. Sur ce dossier, les USA, sous Donald Trump, ont reconnu la « souveraineté marocaine » sur le Sahara en échange de la normalisation des relations entre le Maroc et l’Israël.

Toutefois, avertit l’analyste, il s’agit d’un pari bien risqué. L’afflux dans l’enclave de Ceuta de migrants mineurs (enfants et adolescents ou encore nourrissons), au péril de leur vie et sous la passivité de la police marocaine, pourrait fortement écorcher l’image du royaume. Cela peut apparaître comme un acte de « cynisme d’un pouvoir prêt à sacrifier froidement sa jeunesse sur l’autel de ses intérêts diplomatiques  ». Les scènes de migrants marocains de tous âges, prêts à mourir que de rester dans leur pays, illustrent la précarité sociale d’une certaine population marocaine qui ploie sous la misère ambiante malgré l’image de pays émergent qu’on tente de montrer à la face du monde.

Au-delà des forces et revers diplomatiques, la publication invite à regarder le royaume avec réalisme en tenant grand compte de ses nombreuses potentialités. Porte d’entrées vers l’Afrique occidentale et positionné au cœur de la coopération sécuritaire et migratoire dans la région, le Maroc pratique un islam éclairé. Sa diaspora en Europe est dynamique, parfois influente. En revanche, atténue le quotidien, la gouvernance marocaine se veut de plus en pus, autoritaire, citant les emprisonnements de journalistes et d’intellectuels critiques, citant le cas de Soulaiman Raissouni.

Sujets associés : Diplomatie - Ceuta (Sebta) - Polisario - Immigration - Autonomie Sahara - Le Monde - Gouvernement marocain

Aller plus loin

Migrants à Sebta : Amnesty international critique le Maroc et l’Espagne

À Ceuta, on enregistre ces derniers jours de multiples scènes d’expulsions forcées et de violences commises par les forces de l’ordre espagnoles qui jettent en mer des personnes...

Des Marocaines viennent récupérer leurs enfants à Sebta

Les autorités espagnoles et marocaines sont en train de se concerter pour le retour en famille des mineurs ayant traversé seuls, la ville de Sebta, entre lundi et mercredi.

Migrants à Sebta : le Maroc évoque la fatigue des policiers

Le Maroc ne faiblit pas devant les «  provocations  » de l’Espagne qui, face au flux migratoire de cette semaine, a convoqué en des termes peu diplomatiques, l’ambassadrice du...

Puigdemont : «  Le Maroc a le droit de soulever la question de la souveraineté sur Sebta et Melilla  »

À l’heure où l’Espagne fait face à une crise migratoire majeure, Carlos Puigdemont, président d’Ensemble pour la Catalogne et ancien président de la généralité de Catalogne...

Ces articles devraient vous intéresser :

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

« La question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc »

Emmanuel Dupuy, président de l’Institut prospective et sécurité en Europe affirme que la question migratoire est au cœur d’une nouvelle diplomatie offensive du Maroc qui a adopté une nouvelle stratégie face à l’Europe.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Réaction du Polisario au discours du roi Mohammed VI

Le Polisario a réagi au discours prononcé par le roi Mohammed VI à l’occasion de la commémoration de la révolution du roi et du peuple, notamment les passages sur le Sahara.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.