Maroc : la TVA, bête noire du secteur informel

4 mars 2021 - 15h20 - Economie - Ecrit par : J.K

La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) représente « la principale composante » fiscale que redoutent le plus, les acteurs du secteur informel. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Intitulé « Le secteur informel au Maroc : principales caractéristiques et tendances d’évolution », l’étude a permis de révéler que « les chefs d’unités de production informelles (UPI) s’approvisionnent en amont, auprès de fournisseurs qui eux-mêmes, sous-déclarent ou travaillent dans l’informel. Ceci leur permet d’acheter sans facture réglementée, et donc d’échapper à la facturation en mode TVA ». Une situation liée au manque d’inclusion financière des UPI et au manque de liquidité, « principal handicap » pour le secteur informel, caractérisé par sa fragilité et l’irrégularité des recettes financières.

De plus, l’augmentation du SMIG oblige la plupart du temps, les entreprises surtout les TPE et les PME à réduire leur personnel ou simplement éviter de les déclarer. L’effet « revenu global » porte également atteinte au développement des UPI, principalement, le taux de croissance du revenu national brut (RNB) par habitant, ont indiqué les auteurs de l’étude, soulignant que les réglementations astreignantes dont, les textes de lois, les documents à fournir, ainsi que les multiples formalités à remplir pour la mise en place d’une petite entreprise, sont éprouvantes, en temps ou en argent, et plutôt compliquées, vu le niveau d’instruction des chefs d’UPI.

La crise actuelle a levé le voile sur la faiblesse du secteur informel et révélé l’importance des aides publiques mises en place pour accompagner le pouvoir d’achat de ses effectifs employés. Ainsi, pour affermir la résistance du secteur et développer sa performance économique, « une stratégie nationale dédiée aux activités informelles reposant sur une approche intégrée et cohérente est indispensable ». Cela doit prendre en compte plusieurs dimensions, principalement l’accès au financement et au marché, la formation, la sécurité sociale, la réforme du dispositif fiscal et l’amélioration de la gouvernance, notamment en termes d’allègement et d’adaptation de la réglementation en vigueur, a souligné l’étude du HCP.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Haut Commissariat au Plan (HCP) - Emploi - TVA

Aller plus loin

L’informel, l’autre fléau qui gangrène l’économie marocaine

L’évolution inquiétante de l’informel sur le marché marocain préoccupe le Haut commissariat au plan (HCP) qui a présenté le 2 mars une étude sur les causes et conséquences de ce...

Maroc : le remboursement de la TVA démarre la semaine prochaine

Le remboursement des arriérés de TVA des entreprises privées annoncé par le gouvernement va démarrer la semaine prochaine et sera progressif jusqu’en avril 2022.

Maroc : chute de l’informel entre 2009 et 2018

L’économie informelle s’est retrouvée à moins de 30% du PIB entre 2009 et 2018. C’est ce qui ressort d’une étude intitulée « Mesure et évolution de l’économie informelle au...

Maroc : l’Etat va valider le remboursement de la TVA

Le gouvernement tiendra un conseil, ce jeudi, sous la présidence d’Aziz Akhannouch. Au menu des travaux, entre autres, un projet de décret sur l’application de la taxe sur la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vieillissement démographique au Maroc : les chiffres inquiétants du HCP

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié l’édition 2023 des indicateurs sociaux du Maroc. Il en ressort que le vieillissement de la population est une réalité indéniable.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

La stratégie du Maroc pour s’imposer dans la sous-traitance aéronautique

Depuis 25 ans, le Maroc travaille à s’imposer dans la sous-traitance aéronautique mondiale. Quelle stratégie a-t-il défini pour atteindre son objectif ?

Maroc : voici les villes où les prix ont augmenté

Au terme de l’année 2022, l’inflation a atteint 6,6% et l’indice annuel des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 6,6% par rapport à l’année 2021, selon le Haut-commissariat au plan (HCP), qui précise que certaines villes ont vu...

Maroc : nouvelles mesures fiscales en 2024

Au Maroc, de nouvelles mesures fiscales entrent en vigueur dès le début cette année 2024, a annoncé la Direction générale des impôts du royaume.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Maroc : la croissance économique s’accélère

Le Maroc a enregistré une croissance économique de 4,1 % au quatrième trimestre 2023, contre 0,7 % au cours de la même période de 2022, révèle le Haut-commissariat au plan (HCP).

Auto-entrepreneur au Maroc : voici le guide fiscal 2024 (pdf)

La Direction générale des impôts (DGI) vient de publier un guide sur le régime fiscal de l’autoentrepreneur. Un document qui reprécise les conditions d’obtention de ce statut ainsi que les avantages fiscaux y afférents.

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.