Bordeaux : une Marocaine condamnée pour avoir refusé de scolariser ses enfants

16 octobre 2022 - 20h46 - France - Ecrit par : A.P

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné par défaut une Marocaine qui a refusé de scolariser ses enfants, malgré une mise en demeure, à trois mois de prison avec sursis et 950 euros d’amende.

Le tribunal était face à un cas de parent défaillant. La femme de 39 ans est accusée de « refus d’inscrire un enfant d’âge scolaire dans un établissement d’enseignement, malgré une mise en demeure » et de « manquement, sans motif légitime, à l’obligation scolaire par un responsable d’enfant, malgré un avertissement administratif ». Absente à l’audience, la mère de famille a été condamnée par défaut à trois mois de prison avec sursis et 950 euros d’amendes, rapporte Sud ouest.

L’académie de Bordeaux a adressé en octobre 2021 un courrier au procureur de la République sur la situation de deux des six enfants de cette famille installée à Pessac. L’un des petits garçons est déscolarisé et l’une de ses sœurs, inscrite au collège François-Mitterrand, a des comportements qui suscitent des questionnements. Elle porte le voile au collège, reste isolée, est très nerveuse, souvent absente et refuse de respecter les règles.

À lire : Maroc : 11% des collégiens et lycéens sont dépressifs

La mesure d’assistance éducative que la justice a tentée de mettre en place « n’a pu aboutir, la famille étant en totale opposition, refermée sur elle-même », explique le procureur Julien Heuty, à l’audience. La mère a expliqué en juillet aux services sociaux que le petit garçon vit désormais au Maroc. « Aujourd’hui, cette famille a quitté Pessac », a affirmé Me Desmoulins, le représentant de l’administrateur ad hoc désigné pour les enfants.

Selon l’avocate, les enfants « seraient entre Perpignan et Marseille. Nous avons essayé d’entrer en contact avec eux, mais nous nous sommes confrontés à une espèce de néant. Je crains que nous arrivions trop tard, que les enfants auraient pu être placés plus tôt. Ils évoluent dans un environnement familial très particulier, une forme de radicalité. Avec les années, les verrous se sont multipliés ».

Sujets associés : France - Droits et Justice - Education - Femme marocaine - Enfant

Aller plus loin

Née à Melilla il y a 12 ans, une Marocaine vient d’avoir le droit d’aller à l’école (vidéo)

Le Comité des droits de l’enfant des Nations-Unies (CDE), a salué l’initiative du gouvernement espagnol qui a permis à une fillette marocaine de 12 ans d’être scolarisée à...

En Allemagne, un lycéen marocain lutte contre le racisme en milieu scolaire

Elias, jeune lycéen de 17 ans scolarisé en Allemagne décrie le terme "kanaké" utilisé pour désigner les migrants arabes, turcs et albanais dans un manuel scolaire. Il lance une...

Bloqués au Maroc, des enfants marocains nés en Espagne déscolarisés depuis 3 ans

Des enfants marocains nés en Espagne sont bloqués au Maroc en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Ils ont déjà passé trois ans sans être scolarisés. Leurs parents...

Maroc : 11% des collégiens et lycéens sont dépressifs

Selon une étude menée dans les collèges et lycées du Grand Casablanca, les jeunes scolarisés âgés entre 15 et 20 ans souffrent de dépression et d’anxiété. Des facteurs majeurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...