Des Marocains arrêtés car musulmans en France

17 avril 2012 - 20h45 - France - Ecrit par : J.L

Les coups de filets anti-islamistes se multiplient en France depuis la mort de Mohamed Merah, le tueur de Montauban et de Toulouse. Le 4 avril, ce sont deux jeunes frères d’origine marocaine, Saad et Farid, qui ont été interpellés de façon spectaculaire à leur domicile à Pau.

Saad et Farid 28 et 22 ans font partie de dix présumés islamistes radicaux arrêtés le même jour à Roubaix, Marseille, Carpentras, Valence, Bordeaux, Pau et en Lot-et-Garonne par des agents de la Direction centrale du renseignement intérieur.

Relâchés après 37 heures de garde à vue, Saad et Farid ont été arrêtés en raison de voyages touristiques en Inde, en Birmanie, en Thaïlande et au Cambodge entre septembre 2011 et janvier 2012.

La DCRI avait débarqué devant leur pavillon à 6 heures du matin, défoncé la porte à coups de fusil et interpellé les deux frères devant leur petite sœur de 6 ans.

Après avoir démonté les plafonds, saisi téléphones mobiles, ordinateurs portables et disques durs, comme le rapporte le quotidien Le Monde, la police est partie avec Saad et Farid.

Malgré cette arrestation spectaculaire, aucune charge n’a été retenue contre les deux Marocains, fichés par les services de police comme "présumés activistes isolés se préparant au djihad".

Les avocats de Farid et Saad comptent assigner l’Etat en justice, estimant qu’une simple convocation au commissariat suffisait. La police elle n’a pas hésité de déconseillé aux deux frères "de faire ou d’écrire une connerie".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Terrorisme - Religion - Droits et Justice - Imad Ben Ziaten

Ces articles devraient vous intéresser :

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Des prières rogatoires dans les synagogues marocaines

Après les mosquées, c’est au tour des synagogues au Maroc d’accueillir des prières rogatoires en faveur de la pluie.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Le Maroc inaugure la première synagogue universitaire du monde arabe

L’Université polytechnique Mohammed VI (UM6P) a inauguré une synagogue universitaire, une première au Maroc et dans le monde arabe. Le lieu de culte, situé à côté de sa nouvelle mosquée, reflète la coexistence des religions au Maroc.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Guingamp : tags racistes découverts sur la mosquée, enquête en cours

La mosquée de Guingamp, dans les Côtes-d’Armor, a été ciblée dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 décembre 2023 par des tags islamophobes. Une première en 40 ans.

Aïd al Adha au Maroc : l’appel à l’annulation monte sur les réseaux sociaux

Alors que certains Marocains appellent à l’annulation de la célébration de l’Aïd al-Adha sur les réseaux sociaux, d’autres tiennent au respect de cette tradition religieuse.