Les mineurs hébergés à Sebta affirment avoir été victimes d’abus au Maroc

4 juillet 2021 - 15h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Un quart des mineurs arrivés à Ceuta en mai, ont été victimes de violence physique, d’abus ou de mauvais traitements au Maroc, selon Save the Children.

Un mineur interrogé sur six a subi des actes de violence ou des traitements dégradants au Maroc avant de migrer en Espagne, indique l’organisation dans un communiqué publié par Europa Press. En collaboration avec la Direction générale de l’enfance et de l’adolescence (DGIA) de Ceuta, Save the Children organise des entretiens individuels avec ces mineurs qui sont pris en charge dans les centres d’accueil temporaires, après leur arrivée en masse à Ceuta en mai. À la date du 2 juillet, l’ONG a dénombré 209 mineurs d’origine marocaine dans le centre de Piniers et 11 originaires d’Afrique subsaharienne dans le centre Santa Amelia.

À lire : Ceuta : les familles marocaines déconseillent aux mineurs de rentrer au Maroc

L’ONG confie que ces mineurs, âgés entre 12 et 17 ans, ont déclaré lors des entretiens qu’ils ont fui le Maroc pour échapper aux violences et abus sexuels, au mariage forcé, ou après avoir été victimes d’exploitation du travail, de rejet ou de persécution de leurs familles en raison de leur orientation sexuelle. Dans le lot des plus de 200 mineurs marocains, 13 ont exprimé leur intention de demander l’asile, fait savoir Save The Children.

« Nous avons le devoir d’écouter les enfants, les filles et les adolescents migrants qui se trouvent à Ceuta pour nous assurer que leur situation personnelle et leurs besoins sont entendus et pris en compte pour les décisions qui les concernent », a déclaré Catalina Perazzo, directrice de l’impact social et politique de l’organisation.

À lire : L’Espagne exige des garanties avant le retour des mineurs marocains

À ce jour, le nombre total de mineurs arrivés dans la ville autonome entre le 17 et le 18 mai, est estimé à 1 108, selon les données de la police de Ceuta.

Sujets associés : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta) - Enfant - Homosexualité Maroc - Violences et agressions

Aller plus loin

Presque la totalité des mineurs marocains à Sebta refuse de rentrer au Maroc

La plupart des mineurs marocains arrivés en mai à Ceuta affirment avoir subi des violences physiques, des abus et mauvais traitements au Maroc. Pour cette raison, ils ne...

La justice espagnole ouvre une enquête sur le retour de mineurs au Maroc

Le parquet général vient d’ouvrir une enquête sur l’opération de rapatriement au Maroc des quelque 800 migrants mineurs arrivés à Ceuta en mai dernier. La justice espagnole qui...

Ceuta : les familles marocaines déconseillent aux mineurs de rentrer au Maroc

Les regroupements familiaux de mineurs marocains avec leurs familles au Maroc sont rares après le déclenchement de la crise migratoire ouverte en mai avec l’arrivée massive de...

Ceuta : le Médiateur contre le rapatriement de mineurs marocains

Le Médiateur a demandé vendredi au ministère de l’Intérieur de suspendre l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs non accompagnés de Ceuta. L’institution a été saisie de...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Europe : diminution des flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc

Les flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc vers l’Europe ont diminué au cours des derniers mois. C’est ce qu’indiquent les données de l’Agence européenne des frontières, Frontex.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.