Jusqu’à 15 ans de prison pour terroristes marocains

27 novembre 2021 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

La Cour d’appel à Salé a reconnu coupables les cinq membres de la cellule terroriste d’Ourika, les condamnant à des peines de prison allant de 4 à 15  ans de prison ferme.

Arrêtés en 2019, ces individus projetaient d’attaquer une chiromancienne déclarée apostat, un soldat pour être « à la solde du régime » et deux auxiliaires de l’autorité pour avoir dénoncé des jihadistes, rapporte Assabah.

Ils avaient également pour cible les mausolées et autres tombeaux de saints considérés comme des lieux d’apostasie, aux touristes étrangers, aux restaurants, boîtes de nuit et autres établissements touristiques ainsi qu’aux sites emblématiques et très fréquentés de la ville de Marrakech, comme Jamaâ El Fna. Dans ce cas précis, ils avaient projeté un attentat sur la place mythique à l’aide d’une moto piégée actionnée à distance, rappelle le quotidien.

A lire : Lutte contre le terrorisme : 84 cellules démantelées au Maroc depuis 2015

Jeudi, leur procès a pris fin, aboutissant à des peines diverses en fonction du degré d’implication des membres. Ainsi, le chef de la cellule a écopé d’une peine de 15 ans de prison ferme. Ses deux lieutenants ont également été condamnés à la même peine, soit 15 ans de réclusion ferme. Un autre membre de la cellule, un proche de l’émir de l’organisation, encore étudiant, a été condamné, lors du même procès, à 8 ans de prison ferme.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Prison - Acte terroriste d’Imlil

Aller plus loin

Le tunnel d’Ourika privilégié entre Marrakech et Ouarzazate

Le ministre de l’Équipement s’est réuni avec les experts sur l’état d’avancement des études concernant les tunnels de Ourika et de Tichka, reliant Marrakech à Ouarzazate. Au...

Le Polisario est un grand allié des terroristes, selon le BCIJ

Le front Polisario entretient le terrorisme transrégional dans la zone du Sahel et du Sahara. Le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) a fait cette découverte après...

210 cellules terroristes démantelées au Maroc depuis 2002

Dix-huit ans après les attentats de Casablanca (16 mai 2003) qui ont fait 45 morts et des dizaines de blessés, l’approche sécuritaire adoptée par le Maroc pour faire face aux...

Lutte contre le terrorisme : 84 cellules démantelées au Maroc depuis 2015

Depuis sa création en 2015, le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ) a démantelé au Maroc 84 cellules terroristes. C’est ce qu’a affirmé son directeur,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.