Maroc : la production locale des vaccins anti-Covid en discussions

24 juin 2021 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Comme d’autres pays, le Maroc fait face à un retard inquiétant dans sa campagne de vaccination. Pour ce faire, le projet de production locale des vaccins contre la Covid-19 est de plus en plus envisagé, tant au niveau étatique que privé. Afin de vaincre le virus, les autorités sanitaires souhaitent plus dépendre uniquement des importations de vaccins.

Les conditions sont réunies pour réussir ce challenge, estiment plusieurs opérateurs pharmaceutiques marocains interrogés par Medias24. Ils citent entre autres, la volonté royale pour transformer le Maroc en pôle de production des vaccins à l’échelle de l’Afrique, des partenaires européens qui veulent accompagner cette volonté et des laboratoires nationaux qui sont prêts à investir.

Le projet se met en place dans la discrétion et bientôt un partenaire technologique pourrait installer les unités de production, rassurent-ils tout en confiant qu’il existe au moins un projet privé. Il est également fort probable que l’État lance son propre projet.

En effet, dans le souci de garantir la sécurité sanitaire à tous les Marocains et remettre totalement sur les rails l’économie nationale, le gouvernement a engagé une campagne de vaccination. À ce jour, près de 8,5 millions de personnes ont été totalement vaccinées selon une source du ministère, très loin des prévisions escomptées. Le royaume connaît donc un déficit de vaccins imputable à ses fournisseurs qui ont des difficultés d’approvisionnement.

De ce fait, disposer d’une unité de vaccins au Maroc offrant de larges capacités productives réduira significativement le délai d’attente en matière d’approvisionnement en vaccins, aussi bien pour notre pays que pour le reste de l’Afrique.

Les prérequis techniques sont tous réunis pour que le royaume se lance dans l’aventure. « Plusieurs initiatives existent et existaient bien avant la crise du Covid. Nous fabriquons déjà et développons nous-mêmes des vaccins pour usages vétérinaires sur place depuis des années. Notre pays est capable de fabriquer des vaccins », commentent les mêmes sources.

A lire : Le Maroc pourrait produire des vaccins anti-Covid pour toute l’Afrique

Toutefois, explique Ali Sedrati, président de FMIIP, en termes de transfert de technologie, le Maroc doit exiger de ses fournisseurs de vaccins, qui souffrent de problèmes de capacité de production, une clause de Tech transfert. Plusieurs pays tel que la Thaïlande, ont fait cela avec leurs fournisseurs. Elle a exigé à Astrazeneca la Tech transfert afin de produire les vaccins commandés pour sa population. Le géant britannique a non seulement accepté, mais il a aidé une société pharmaceutique thaïlandaise à construire et équiper la première unité de vaccins dans le pays

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Ministère de la Santé - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Vaccin Sinopharm : les détails de l’usine marocaine

Le Maroc va fabriquer localement des vaccins anti covid 19. À travers la signature d’accords de coopération avec le géant chinois de l’industrie pharmaceutique Sinopharm, le...

Le Maroc pourrait produire des vaccins anti-Covid pour toute l’Afrique

Au cas où le Maroc serait prêt à accueillir une unité de production de vaccins qui sera consacrée à l’Afrique, il peut compter sur la contribution financière de Bruxelles. C’est...

Vaccin : le Maroc reçoit un lot de matériel de fabrication Sinopharm

Une cargaison de matériel entrant dans l’installation de l’usine locale de production de vaccin Sinopharm a été réceptionnée vendredi par les autorités marocaines.

Covid-19 au Maroc : le rythme des vaccinations en baisse

Le Maroc qui entend immuniser 80 % de sa population est confronté à une baisse du rythme des vaccinations anti-Covid-19. Ce ralentissement est lié à la baisse des stocks de...

Ces articles devraient vous intéresser :

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : voici la liste des médicaments exonérés de TVA

Les Marocains disposent désormais d’une liste actualisée de médicaments, dont la TVA est prise en charge par l’État. Cette liste a été publiée par le ministère de la Santé.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.