Ramadan au Maroc : manger en public, attention à la prison !

4 mars 2024 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que le mois de ramadan commence le 11 mars, les Marocains peinent à s’accorder sur la question de manger en public pendant le jeûne. Un acte qui reste puni sévèrement par le Code pénal.

L’article 222 du Code pénal marocain criminalise la rupture du jeûne en public. Toute personne qui enfreint cette disposition s’expose à une peine de prison ferme de 1 à 6 mois, assortie d’une amende de 200 dirhams. Bon nombre de Marocains en ont fait les frais ces dernières années. Aux yeux de l’institut d’études politiques Deleuze, cela constitue une atteinte à la liberté individuelle garantie par la Constitution. Il réclame la suppression de cette disposition et approche oralement et par écrit des élus de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), du Parti du progrès et du socialisme (PPS), du Parti de l’authenticité et de la modernité (PAM) et du parti du Premier ministre Aziz Akhannouch, le Rassemblement national des indépendants (RNI), pour qu’ils lui prêtent main forte. Mais ceux-ci se sont, selon lui, murés dans le silence.

À lire :Quand débute le ramadan au Maroc ?

L’Institut s’empare alors des réseaux sociaux et lance la campagne « manger n’est pas un crime » qui ne reçoit pas l’assentiment de tous. Les uns pour critiquer la démarche, les autres pour saluer l’initiative. L’activiste Azzedine Sarifi a accusé ceux qui appellent à la dépénalisation de vivre « en marge du peuple marocain » et de contribuer à la montée de l’Islam politique et de la pensée extrémiste. L’article criminalisant la rupture du jeûne pendant le Ramadan est une disposition « ridicule », estime pour sa part l’activiste Walid Al Najmi, ajoutant qu’il est « déraisonnable qu’une personne vivant dans un pays moderne soit punie pour avoir mangé pendant le Ramadan ».

À lire :Plusieurs personnes arrêtées à Casablanca pour avoir mangé durant le ramadan

Selon les explications du directeur de l’Institut, il n’y a aucun texte coranique ou un hadith du Prophète Mohammad qui impose des sanctions à l’encontre de ceux qui n’observent pas le jeûne. Partant de ce postulat, il estime que les lois doivent protéger l’individu dans l’espace public et non le contraire. Il justifie par ailleurs son combat par le fait que la fermeture des restaurants et des lieux de loisirs pendant un mois entier impacte négativement l’économie marocaine, dont le tourisme constitue un segment important.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Ramadan 2024 - Code pénal marocain - Islam

Aller plus loin

À Tanger, le tambour du Sohour sous le feu des critiques

À Tanger, le tambour utilisé pour réveiller les gens pour le « Sohour », repas avant l’aube, pendant le ramadan n’a pas de beaux jours devant lui. Et pour cause, des voix...

Début de Ramadan au Maroc : décision ce dimanche

Les Marocains sont fixés ce dimanche 10 mars sur le début et la fin du ramadan. Quand commence le mois sacré au Maroc ?

Ramadan : « Pourquoi tu ne jeûnes pas ? » : les non-jeûneurs face aux critiques

Le mois de ramadan a débuté lundi 11 mars en Belgique, un pays qui compte 600 000 musulmans. Mais ceux qui font l’option de ne pas jeûner subissent souvent une forte pression.

Plusieurs personnes arrêtées à Casablanca pour avoir mangé durant le ramadan

Plusieurs personnes ont été arrêtées dans un café à Casablanca pour avoir mangé durant le mois de ramadan.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan pour les joueurs de Ligue 1 : réaction de la ministre des Sports

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, s’est exprimée mercredi au sujet du communiqué de la Fédération française de football (FFF) interdisant les interruptions de matchs pour permettre aux joueurs musulmans de rompre le jeûne. Elle invite au...

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Le ramadan commence le lundi 11 mars 2024 en France

C’est officiel : le mois de Ramadan débutera lundi 11 mars 2024 en France, a annoncé le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Cette date a été déterminée après observation scientifique et calcul astronomique.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

La Nuit du destin ou laylat al qadr, qu’est ce que c’est ?

La nuit du destin est citée par le Coran comme étant meilleure que mille mois (83 ans et 4 mois). D’après le prophète Mohammed, cette nuit est l’une des nuits impaires des dix derniers jours du mois de Ramadan, soit celles du 21, 23, 25, 27 ou celle du...

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Ramadan : Un mois de spiritualité… et de bagarres ?

Le Ramadan, mois sacré pour les musulmans, est synonyme de spiritualité et de partage. Mais au Maroc, il prend également une tournure plus sombre avec l’apparition d’un phénomène bien connu : la “Tramdena”. Ce terme désigne l’irritabilité et...