Banque Mondiale : le Maroc continue de résister à la crise

10 juin 2021 - 14h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Jusqu’ici, le Maroc a affiché une forte résistance face à la crise actuelle, comme le prouvent les dernières prévisions de la croissance économique publiées par la Banque Mondiale.

Se basant sur plusieurs facteurs dont la baisse des problèmes relatifs à la sécheresse, le maintien de politiques d’aides et l’allègement des restrictions, la Banque mondiale prévoit une hausse du PIB en 2021 à 4,6 % contre −7,1 % en 2020, de 3,4 % en 2022 et 3,7 % en 2023. « Bien que la majorité des pays en développement de la région Mena ait signé des contrats avec des fournisseurs de vaccins, seul le Maroc s’est lancé dans une campagne de vaccination étendue à une grande partie de sa population », souligne la Banque mondiale dans sa nouvelle prévision publiée ce 8 juin 2021.

Toutefois, la reprise sera lente dans les industries manufacturières et le secteur des services. En ce qui concerne le déficit du compte courant, il devrait « se stabiliser sous la barre des 4 % du PIB, conforté par le redémarrage des exportations et des importations. Quant au déficit budgétaire, il ne devrait régresser que lentement, le gouvernement ayant choisi d’attendre que la reprise soit confirmée avant d’engager des mesures d’assainissement budgétaire », a ajouté la Banque Mondiale. Pour les perspectives au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la production dans la région pourrait croître de 2,4 % en 2021.

À lire : La Banque Mondiale veut accompagner le Maroc dans son nouveau modèle de développement

Par ailleurs, la région bénéficierait du dernier redressement des prix pétroliers, ainsi que de la hausse de la demande extérieure et de l’allègement des impacts économiques au cours de la pandémie. De plus, avec le bon déroulement de la vaccination, l’allègement des restrictions, l’assouplissement des réductions de la production pétrolière et autres, la croissance devrait atteindre 3,5 % d’ici 2022. En outre, au niveau des pays exportateurs de pétrole, l’augmentation des prix pétroliers permettra une croissance et un redressement des recettes publiques. Les cours devraient atteindre en moyenne 62 dollars le baril en 2021 et 2022. Cette situation favorisera également d’autres pays comme l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Libye, le Liban et la Tunisie, a souligné la Banque Mondiale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Banque mondiale - PIB - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

La Banque Mondiale veut accompagner le Maroc dans son nouveau modèle de développement

Un nouveau modèle de développement (NMD) basé sur une économie forte, un meilleur capital humain, sans oublier l’inclusion sociale, les territoires et la durabilité pour...

À Dakhla, le tourisme résiste à la crise sanitaire

Entre patriotisme et envie de découvrir une région qu’ils connaissent peu, bon nombre de touristes marocains se ruent vers Dakhla, où la «  sécurité sanitaire est totalement...

Banque mondiale : une croissance de 3,2 % attendue au Maroc en 2022

L’économie marocaine devrait croître de 3,2 % en 2022 contre une croissance de 5,3 % enregistrée l’année dernière, selon la Banque mondiale.

Covid-19 : au Maroc, le secteur automobile résiste à la crise

Le secteur de l’automobile a affiché une grande résistance face aux impacts de la crise engendrée par la pandémie du Covid-19. Au premier trimestre 2021, le secteur a enregistré...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mondial 2030 : le vrai décollage économique pour le Maroc ?

L’organisation de la coupe du monde 2030 par le Maroc, le Portugal et l’Espagne, aura certainement un impact significatif sur le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc qui pourrait se situer entre 3 et 5 %, affirme Zaki Lahbabi, DG de Transatlas Sport...

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Croissance économique du Maroc : voici les chiffres de la Banque mondiale

L’économie marocaine devrait croître de 2,5 % cette année avant d’enregistrer 3,3 % en 2024, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Ces chiffres sont principalement dus à la résilience du secteur du tourisme et de l’industrie...

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

La Banque mondiale accorde un prêt pour le Nord-Est du Maroc

Un accord de prêt d’un montant de 236,7 millions d’euros a été signé lundi par la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui et le Directeur du Département Maghreb et Malte au Bureau régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord...

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch Solutions.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».