Les restaurateurs marocains craignent la mort du secteur

24 décembre 2021 - 18h20 - Economie - Ecrit par : A.T

Asphyxiés par la crise sanitaire, les restaurateurs marocains crient à la catastrophe, invitant le ministre de tutelle à convoquer une réunion urgente.

Alors qu’ils espéraient bénéficier aussi du soutien du gouvernement, pour compenser les pertes colossales qui résultent de la longue fermeture, ces professionnels de la restauration ont été surpris de constater l’absence totale de feuille de route les concernant.

Après une réunion de crise qui a eu lieu mardi à Marrakech, ces acteurs venus de plusieurs regroupements professionnels, ont exprimé leur mécontentement à travers un communiqué conjoint. Selon eux, « le secteur de la restauration touristique est le seul à avoir été écarté de toute mesure de soutien et d’accompagnement et à n’avoir bénéficié d’aucune aide, ni mesure de soutien, alors même qu’il a été en première ligne face aux effets dévastateurs de cette pandémie ».

Pour « survivre à court terme », les restaurants touristiques ont eu recours aux crédits Relance et Oxygène. Mais le « prolongement des mesures de restriction » et le « manque de visibilité » sur une reprise éventuelle, « menace la pérennité des derniers établissements encore ouverts », poursuivent-ils.

A lire  : Restauration : les professionnels réclament une feuille de route

Conséquence, le secteur est assujetti à de nombreuses taxes fiscales fixes calculées sur la base de leur valeur locative et leur investissement. En absence de revenus, ils demandent à ce que ces taxes soient annulées pour les exercices 2020 et 2021.

Les associations rappellent également que les restaurants touristiques ont toujours été classés par les délégations du tourisme régionales à « l’exclusion de tout autre département ministériel » et que depuis la création des conseils régionaux du tourisme, les associations régionales des restaurants touristiques ont toujours fait partie de leur conseil d’administration.

Pour « clarifier » la situation qu’elles qualifient de « dangereuse », ces associations demandent une réunion urgente avec la ministre du Tourisme. En plus « d’être pénalisés et privés de toutes mesures de soutien, les restaurants touristiques se voient aujourd’hui « obligés de justifier et légitimer leur place dans l’échiquier du tourisme national ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Restauration - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Tourisme marocain : de nouvelles propositions pour sortir de la crise

Le Conseil national du tourisme (CNT) a formulé des propositions d’ordre fiscal, financier et de gouvernance à même de sauver le secteur déjà durement touché par la crise...

« Vers dans le tagine » : le propriétaire du restaurant en prison

Le restaurateur épinglé dans la province d’Azilal, pour avoir servi à ses clients de la nourriture «  infestée de vers  » sera finalement poursuivi en état d’arrestation. Ainsi,...

Mesures urgentes : les restaurateurs touristiques obtiennent gain de cause

Les restaurateurs touristiques marocains seront aussi pris en compte dans les mesures d’urgence mises en place pour le secteur touristique.

Restauration : les professionnels réclament une feuille de route

Le secteur des métiers de la bouche reprend progressivement au Maroc, après des mois de cessation du fait de la crise sanitaire. Mais le bilan reste mitigé, poussant les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le football comme vitrine touristique

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) et l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) ont annoncé mercredi un partenariat stratégique, dans l’objectif de mettre en avant le Maroc comme destination touristique à travers le football.

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Le tourisme marocain bat des records

L’année 2023 a vu repartir à la hausse la fréquentation touristique au Maroc. Une embellie pour le tourisme marocain après les trois années noires qu’elle a connues à cause de la pandémie de Covid-19.

Maroc : le cri d’alarme des cafetiers et restaurateurs

Les propriétaires de cafés et de restaurants au Maroc alertent de nouveau sur leur situation. Ils appellent les autorités à sauver leur secteur sérieusement mis à rude épreuve.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Le Mondialito : un boost économique pour le Maroc

Du 1ᵉʳ au 11 février prochain, le Maroc abritera la 13ᵉ édition du Mondial des clubs. Au-delà de l’aspect sportif, il y aura les retombées économiques, notamment pour le secteur du tourisme.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.