« Sales arabes » : l’IGPN enquête sur des violences policières présumées

7 novembre 2023 - 22h00 - France - Ecrit par : S.A

Le Parquet de Paris a ouvert une enquête, notamment pour faux en écriture publique et violences commis par personne dépositaire de l’autorité publique. Des policiers de la BAC avaient arrêté, frappé, humilié et proféré des insultes racistes envers Hamza*, un habitant de Seine-et-Marne avant de relâcher après 48 h de garde à vue.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 8 au 9 avril dernier. Minuit passé, alors qu’il circulait dans sa voiture en compagnie deux de ses cousins et d’un autre ami, après avoir mangé dans un restaurant à Servon (Seine-et-Marne), il croise la route des policiers affectés au VIIIe arrondissement de Paris. Il se trouvait dans un embouteillage en ce moment-là. Depuis le trottoir, deux hommes leur demandent de « fermer [notre] gueule, sales arabes ». « Au départ, j’ai cru que c’était une blague », relate le jeune homme de 25 ans. Ce n’est qu’après leur avoir répondu qu’il se rend compte qu’il s’agit des policiers de la BAC en civil. Hamza tente de s’enfuir, mais les policiers le rattrapent à l’angle de la rue de la Boétie et de l’avenue Franklin-D.-Roosevelt. Dans la foulée, une patrouille arrive en renfort. Elle embarque les cousins du conducteur de la voiture.

À lire : Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

Hamza et les passagers sont soupçonnés de détenir de faux papiers d’identité italiens. Sauf que les documents sont des vrais. C’est le début de leur enfer. « Il y avait des crachats, des insultes. Ils disaient que nos mères avaient tapiné pour pouvoir nous élever, avoir des papiers », raconte le jeune homme. Il y a des coups aussi, de coude, des « tartes sur la tête ». Le jeune boxeur dit avoir vécu l’enfer dans cette voiture, et que s’il avait été faible, il se serait suicidé. « Ils essayaient de me pousser à bout pour que je me rebelle. Ils m’insultaient comme si c’était devenu personnel. » Les policiers le conduisent au commissariat du VIIIe arrondissement. Hamza est placé en garde à vue pour refus d’obtempérer et port d’arme prohibée. Il possèderait un couteau à cran d’arrêt avec dessin de sanglier cette nuit-là, selon les policiers.

À lire : Violences et insultes racistes : un Marocain porte plainte contre la police espagnole

Après 48 heures en garde à vue, Hamza est relâché. Il est ensuite entendu par un autre officier de police judiciaire (OPJ) qui a visionné les images des caméras qui ont filmé l’interpellation. Celui-ci croit le jeune homme sur la version des faits qu’il a livrée. Il a assuré que les éléments de la BAC ont exercé des violences sur lui. Lorsque l’OPJ lui demande s’il souhaite déposer plainte, Hamza refuse. Ses compagnons de galère qui ont été aussi relâchés ont pris la même chose décision. Le jeune homme quitte le commissariat avec une mâchoire gonflée et des bleus sur le torse. « J’ai eu du mal à manger pendant plusieurs jours », raconte-t-il. Malgré le refus du jeune homme, l’OPJ fait un signalement.

À lire : Caen : prison ferme pour un SDF marocain jugé pour violences envers des policiers

Plus de six mois après, l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), la police des polices, convoque Hamza. Lundi, elle recueille son témoignage et sa plainte. De son côté, le Parquet de Paris ouvre une enquête, pour faux en écriture publique et violences commis par forces de sécurité intérieure (FSI). « L’enquête est ouverte, notamment, pour faux en écriture publique commis par personne dépositaire de l’autorité publique, un crime passible de quinze ans de réclusion, nous sommes donc face à des faits dont la gravité est certaine », juge Ilyacine Maallaoui, l’avocat de Hamza, auprès du Parisien. Et d’ajouter : « Dans de nombreuses affaires, lorsque des faits de violences similaires sont présentés, le prévenu est souvent traité d’affabulateur, les accusations sont ainsi très vite balayées. Dans ce dossier, tout est différent, nous avons pu compter sur l’appui des caméras ainsi que sur la probité d’un OPJ. »

Sujets associés : Paris - Droits et Justice - Enquête - Violences et agressions - Garde à vue

Aller plus loin

Caen : prison ferme pour un SDF marocain jugé pour violences envers des policiers

Absent au tribunal judiciaire de Caen, un SDF marocain en situation irrégulière a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir insulté et frappé deux policiers en juillet...

Violences policières : la France sermonnée par l’ONU

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale, l’organe affilié aux Nations unies, exprimé sa « profonde préoccupation » concernant les pratiques des forces de...

France : une campagne digitale contre les violences intra-communautaires envers les musulmanes

L’association féministe et antiraciste musulmane Lallab mène depuis le 27 mars une campagne digitale contre les violences intra-communautaires. Une manière d’aider les...

Abdelkarim et Mohamed, victimes de violences policières à Marseille

Blessé grièvement à l’œil lors des émeutes qui ont eu lieu à Marseille (Bouches-du-Rhône) à la suite de la mort de Nahel, adolescent de 17 ans, tué par la police fin juin,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...