Six Marocains risquent d’être exécutés en Somalie

28 mars 2024 - 19h00 - Monde - Ecrit par : A.P

Six Marocains accusés d’appartenir à l’État islamique ont été condamnés à la peine de mort par un tribunal militaire dans le nord de la Somalie. Des associations marocaines de droits de l’homme appellent à l’annulation de cette décision.

Dans un communiqué conjoint, la Coalition marocaine contre la peine de mort, le Réseau des avocats contre la peine de mort, le Réseau des journalistes contre la peine de mort, l’association Adala pour le droit à un procès équitable, le Réseau des enseignants contre la peine de mort, et le Réseau des entrepreneurs contre la peine de mort, ont appelé à sauver les 6 Marocains condamnés par un tribunal militaire dans le nord de la Somalie, lequel a décidé de leur exécution par balle en raison de leur appartenance présumée à l’État islamique.

Les associations marocaines, signataires du communiqué, ont condamné cette sentence de peine de mort « qui ne peut être justifiée même par les crimes les plus graves ». Elles ont appelé les autorités marocaines à prendre en urgence toutes les dispositions nécessaires pour sauver la vie de ces Marocains et à œuvrer pour leur rapatriement. Les signataires ont aussi demandé aux organisations de défense des droits de l’homme d’appeler à l’annulation de la peine prononcée contre les 6 Marocains, ainsi qu’à la garantie de leur sécurité et de leurs droits.

À lire : Ukraine : la menace d’exécution plane toujours sur Brahim Saâdoun

L’identité de ces Marocains, ainsi que leur âge, restent inconnus. De même, aucune information n’est fournie sur les circonstances de leur arrestation et de leur procès. Selon le communiqué, certains des condamnés ont déclaré avoir immigré en Somalie pour chercher du travail et juré qu’ils n’étaient pas au courant des intentions de leurs recruteurs. Leur seul souhait, c’est de retourner au Maroc.

L’avocat des condamnés a confirmé que ces derniers ignoraient que leurs recruteurs appartenaient à un groupe islamiste extrémiste. Il a indiqué avoir déjà fait appel de la décision du tribunal et garde bon espoir que les Marocains seront innocentés. La Somalie reste l’un des rares pays où la peine de mort est toujours en vigueur. L’année dernière, 55 personnes ont été exécutées. Plusieurs organisations locales et internationales de défense des droits de l’homme ont appelé à l’abolition de la peine de mort dans le pays.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Somalie - Droits et Justice - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Ukraine : la menace d’exécution plane toujours sur Brahim Saâdoun

Le Marocain Brahim Saâdoun et les deux combattants britanniques capturés et condamnés à la peine de mort seront exécutés, s’ils perdent leur recours en appel, selon les...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de...

Maroc : 13 personnes condamnées à mort en 2021

En 2021, 13 condamnations à mort ont été prononcées au Maroc, portant ainsi le nombre de total de personnes à 79, selon les données révélées par le parquet.

Affaire Brahim Saadoun : le président de la Douma veut la peine de mort

L’affaire du jeune combattant marocain condamné à mort par la Cour suprême de la République populaire de Donetsk continue de susciter des réactions. Pendant que les associations...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.