Témoignage poignant d’une fille vendue pour partir sur un bateau à Tanger

26 novembre 2022 - 21h40 - France - Ecrit par : S.A

L’une des filles mineures jugées « à problèmes » et placées par la justice française ou leurs familles dans les années 1950 à 1970 dans les maisons de redressement catholique du Bon Pasteur fait un témoignant pour le moins poignant. Elle a été vendue pour partir sur un bateau à Tanger.

« Comme n’importe quel centre fermé, évidemment, à partir du moment où c’est entièrement clos, il y a des dérives. Et des dérives, il y en a eu beaucoup. […] La violence physique, la violence morale. Ce qui affecte le plus, c’est toujours cette dévalorisation, qu’on ne vaut rien, qu’il n’y a que notre âme à sauve », raconte à Brut Fabienne Bichet.

À lire : Des Marocains réduits à l’esclavage à Rouen

Elle se souvient du calvaire vécu à Toulouse. « Moi, j’étais à Toulouse, j’étais enfermée dans un ancien couvent et il y avait des murs de deux mètres de haut avec des tessons de bouteille tout autour. Pour pas qu’on fugue », détaille Fabienne Bichet, précisant que tous ces foyers étaient surveillés par les réseaux de la prostitution.

À lire : Younes Abaaoud possédait-il des esclaves yézidies en Syrie ?

Fabienne confie par ailleurs avoir été vendue. « […] inévitablement, on était piégées et violentées, et personnellement, j’ai même été vendue, j’ai été vendue pour partir sur un bateau à Tanger. J’étais l’objet de la vente, j’ai vu les billets sur la table, je suis allée aux toilettes, il y avait une lucarne dans les toilettes et j’ai pu me sauver. » Et de s’interroger : « Mais pour moi, qui ai pu me sauver, combien sont tombées dans le même piège que moi, combien ont été vendues, combien sont parties sur des bateaux à Tanger ? »

Sujets associés : France - Droits et Justice - Tanger

Aller plus loin

Des esclaves marocains en France ?

L’esclavage existe encore en France, selon des Marocains. En effet, cinq Marocains, anciens travailleurs détachés, viennent d’accuser une entreprise française… d’esclavage !...

Rouen : peine confirmée pour le restaurateur marocain accusé « d’escalavage moderne »

La cour d’appel de Rouen (Seine-Maritime) a condamné lundi 16 janvier le restaurateur marocain que cinq de ses anciens employés aussi de nationalité marocaine ont accusé de...

Des Marocains réduits à l’esclavage à Rouen

Un patron marocain s’est absenté à son procès qui s’est ouvert lundi devant la chambre des appels correctionnels de la cour d’appel de Rouen lundi 7 novembre 2022. Cinq de ces...

Younes Abaaoud possédait-il des esclaves yézidies en Syrie ?

Deux djihadistes belges dont Younes Abaaoud, frère d’Abdelhamid, l’un des cerveaux des attentats de Paris possédaient des esclaves yézidies. C’est du moins ce qu’a révélé une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.